Action publique 2022 - L'intégralité du rapport Cap 22 dévoilée par un syndicat

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© |

Défloré dans ses grandes lignes par Le Figaro il y a quelques jours, le rapport du Comité action publique 2022 que le gouvernement comptait ne publier qu'à l'automne prochain, a été mis subrepticement en ligne ce vendredi 20 juillet par un syndicat, en l'occurrence Solidaire Finances publiques (voir lien ci-dessous).
Plutôt que de le dévoiler d'un bloc lors de sa remise, puis de livrer ses arbitrages, le Premier ministre espérait en présenter les seules mesures retenues "au fur et à mesure" des réformes (fiscalité, accès aux soins...), de juillet à octobre, avant de le publier. Une manière de ne pas focaliser l'attention sur le chiffre global de 30 milliards d'euros d'amélioration des comptes publics, mais plutôt sur les différents axes de "transformation". Lors de l'installation du comité d'une quarantaine d'experts, l'entourage du Premier ministre avait d'ailleurs bien précisé qu'il était "consultatif" et non "décisionnel". Les présidents des commissions des Finances à l'Assemblée nationale et au Sénat, Eric Woerth (LR) et Vincent Eblé (PS), ont réclamé ces derniers jours la publication sans tarder du rapport.
Philippe Laurent, secrétaire général de l’Association des maires de France (AMF) et membre du comité, a expliqué jeudi dans un communiqué avoir participé aux travaux parce qu’"il est préférable d’être présent et de défendre directement son point de vue" et parce que "certaines idées intéressantes – comme par exemple la lutte contre les doublons entre l’Etat et les collectivités locales - devaient être mises sur la table". Il rappelle en outre qu'"au début du printemps, plusieurs membres du comité ont clairement manifesté leur très grande réserve" sur "certaines propositions radicales, comme la quasi disparition des communes ou encore la généralisation du contrat dans la fonction publique".
Solidaire Finances publiques indique aujourd'hui sur son site avoir jugé bon de mettre ce document de 150 pages "à disposition de toutes et tous, sans aucun commentaire ni analyse à ce stade".

Les 22 axes de propositions développés dans le rapport
- Refonder l’administration autour de la confiance et de la responsabilisation
- Bâtir un nouveau contrat social entre l’administration et ses collaborateurs
- Investir dans le numérique pour offrir un service public augmenté, plus efficient et qui réinvente ses relations avec les usagers
- Assurer le "dernier kilomètre" du service public dans un monde numérique
- Réduire le renoncement aux soins, améliorer l’espérance de vie en bonne santé et désengorger l’hôpital
- Retarder l’entrée dans la dépendance et mieux prendre en charge les personnes concernées
- Simplifier la vie des personnes en situation de handicap et celle de leurs proches
- Réduire les inégalités et placer la France dans les 10 meilleurs systèmes éducatifs mondiaux
- Augmenter et améliorer l’accueil dans l’enseignement supérieur en différenciant l’offre
- Mettre le demandeur d’emploi en capacité de construire sa recherche d’emploi
- Se loger mieux à moindre coût
- Simplifier les dispositifs sociaux au titre de la solidarité nationale et mieux accompagner ceux qui en ont le plus besoin
- Réduire les délais de jugement
 

Pour aller plus loin