En bref - Bientôt une amende de 90 euros contre le "harcèlement de rue"

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Siffler ou héler une femme dans la rue pourra bientôt valoir une amende de 90 euros. C’est ce que propose un rapport remis au gouverneemnt, mercredi 28 février. Ce rapport diligenté il y a cinq mois par Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, à cinq députés préconise en effet l’instauration d’une "contravention de quatrième classe d’outrage sexiste et sexuel". D’un montant de 90 euros, l’amende sanctionnera les propos ou comportements à "caractère sexiste ou sexuel", "dégradants ou humiliants" ou créant une "situation intimidante, hostile ou offensante". Elle pourra se monter à 750 euros en cas de relance ou si elle n’est pas payée immédiatement. La sanction pourrait aussi être complétée par un "stage de sensibilisation à l’égalité femmes-hommes". Ces dispositions devraient figurer dans le projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles qui sera présenté en conseil des ministres fin mars et non plus le 7 comme annoncé précédemment. "Si la loi que le gouvernement présentera est vraiment axée sur la sanction (...), cela ne va pas évidemment sans prévention et sans pédagogie", a souligné Marlène Schiappa, entourée de la ministre de la Justice Nicole Belloubet et du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, mercredi, lors de la remise du rapport.