Sports - Le CNDS au chevet des territoires ruraux

Le développement du sport dans les zones de revitalisation rurale (ZRR) a constitué le plat de résistance du dernier conseil d'administration du Centre national pour le développement du sport (CNDS), réuni le 28 juin.
Ce choix fait notamment écho aux travaux de l'Andes (Association nationale des élus en charge du sport) sur la question. A la suite du conseil d'administration du CNDS du 23 février 2016, le constat d'une baisse significative des subventions sur la part territoriale aux associations sportives situées en ZRR avait été fait. Ce constat alarmant avait par la suite amené l'Andes à conduire une enquête auprès de sa commission Sport, Ruralité et Montagne et des communes rurales de son réseau. Celle-ci avait notamment mis en évidence le manque de cohérence entre les axes prioritaires définis par le CNDS sur la part territoriale et les besoins des associations sportives (lire ci-contre notre article du 25 mai 2016).
Le 28 juin, a donc été rappelée la nécessité de mieux adapter l'action de l'Etat aux besoins des territoires ruraux et le rôle que le CNDS doit tenir pour la correction des inégalités. Manque d'équipements et de structures associatives constituent encore des obstacles à une implantation durable et régulière du sport dans les ZRR, a constaté le conseil d'administration du CNDS.
Le principe d'une concertation, à travers un groupe de travail chargé de proposer dès le prochain conseil d'administration, à l'automne, des pistes pour mieux adapter l'action du CNDS vers les territoires ruraux et rendre son soutien plus efficace et cohérent, a été acté.

Les ZRR moins bien loties que les QPV en 2015

Ce constat sur le retard pris par les territoires ruraux tant en termes d'équipements sportifs que d'aides aux associations arrive au moment où le CNDS publie son rapport d'activités pour 2015. Ce document met ainsi en avant que, l'année dernière, les équipements sportifs en ZRR ont bénéficié de la part du CNDS d'une enveloppe totale de subventions à hauteur de 8,3 millions d'euros, tandis que, sur la même période, les quartiers prioritaires de la ville (QPV) se voyaient dotés pour ces mêmes équipements d'une aide de 18,1 millions. Globalement, les subventions d'équipements du CNDS se sont élevées en 2015 à 63,04 millions d'euros.
Les subventions accordées aux associations pour 2015 (part territoriale) se montent pour leur part à 134,62 millions d'euros. Si elles ont bénéficié l'an dernier à 21.046 associations et organismes sportifs, contre 24.684 en 2014 (-14,7%), le montant moyen par bénéficiaire s'est accru : 6.259 euros contre 5.238 en 2014 (+19,5%). Les objectifs opérationnels les plus mobilisés en 2015 ont été le soutien à l'emploi (32% de l'enveloppe totale, +60% par rapport à 2014) et l'aide directe à l'activité sportive (19,4% de l'enveloppe, -22% sur un an).
Enfin, la segmentation par territoire de la part territoriale met en avant un écart entre QPV et ZRR plus important encore que pour l'enveloppe consacrée aux équipements : les associations sportives des quartiers de la politique de la ville ont ainsi bénéficié de 20,3 millions d'euros, soit près de trois fois plus que celles situées en zones de revitalisation rurale (7,4 millions).
 

Pour aller plus loin

Lire aussi