Politique de la ville - Le CGET brosse le portrait des adultes-relais


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Qui sont les adultes-relais ? Où et pour qui travaillent-ils ? En quoi consiste leur mission ? Le Commissariat général à l'égalité des territoires (CGET) vient de publier les résultats complets – au niveau national, mais aussi par région et par département – de son enquête menée en 2015 auprès des employeurs de ces médiateurs sociaux. Les résultats de l'enquête portent sur 89% des 4.181 adultes-relais qui étaient en poste en 2014.
Créé à la fin de l'année 1999, le dispositif "adultes-relais" est destiné à "offrir un cadre stable aux nombreuses initiatives locales visant à favoriser le lien social par des actions de médiation dans les sites de la politique de la ville".
Ces postes ont coûté 75 millions d'euros à l'Etat en 2014. Ils contribuent au "pilier cohésion sociale" des contrats de ville, qui intègre également le programme de réussite éducative. En 2014, suite à un appel à projets, 400 nouveaux postes ont été créés autour des thématiques de l'accès à l'emploi, la tranquillité publique et la participation citoyenne.

13% des adultes-relais sont employés par des collectivités

Les adultes-relais sont plus souvent des femmes (60%). Ils ont 44 ans en moyenne et tous ont au moins 30 ans, l'âge minimal pour signer un tel contrat. "Près d'un tiers des adultes-relais ont un niveau de qualification IV (bac ou équivalence) et plus d'un tiers (38%) ont un diplôme de l'enseignement supérieur." Les adultes-relais de 2014 sont globalement plus diplômés que ceux de 2010. Ils ont près de 4 ans d'ancienneté en 2014 ; les deux tiers des postes sont en contrat à durée déterminée.
Présents sur tout le pays, ils sont cependant plus nombreux dans certains territoires. "Le Nord est le département qui compte le plus d'adultes-relais avec 422 postes en 2014", loin devant Paris (251 postes), la Guadeloupe (210), la Seine-Saint-Denis (204) et les Bouches-du-Rhône (170).
Les adultes-relais sont majoritairement employés par des associations (77% d'entre eux), parfois aussi par des collectivités locales (13%), communes ou intercommunalités notamment et, plus rarement, par des établissements scolaires (4%) et des établissements publics (3%).

Médiation, prévention et mobilisation des habitants

Les adultes-relais vont à la rencontre des habitants de leur quartier et tentent de les mobiliser sur des actions, ils les écoutent et les conseillent, les aident à réaliser certaines démarches administratives, ils facilitent la communication entre certains parents et l'école, ils font connaître l'offre culturelle et sportive…
Globalement, six domaines d'intervention sont identifiés : la médiation liée au lien social et à la vie de quartier (cité comme le principal domaine par 41% des répondants), la médiation pour l'accès aux droits et aux services (27%), la médiation dans le champ scolaire (14%), la prévention et la médiation dans les espaces publics et/ou privés (12%), la participation citoyenne des habitants (4%) et la prévention et la médiation dans les transports (2%).
Dans ces différents domaines, les adultes-relais accueillent, orientent et informent les publics (89% d'entre eux), mettent en relation des usagers avec les institutions et suivent des personnes dans la durée (71%), facilitent ou mènent des projets (66%), préviennent et gèrent les tensions, les incompréhensions et les conflits (55%) et effectuent parfois une veille technique dans les espaces publics (22%).
Parmi les 529 adultes-relais qui s'occupaient de participation citoyenne en 2014, 35% ont participé à la mise en place des conseils citoyens.


Pour aller plus loin

Lire aussi