Culture - Patrimoine mondial : la France propose la grotte Chauvet et la chaîne des Puys, malgré un mauvais rapport


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Il y a quelques jours, Localtis proposait un point sur le dossier - passablement embrouillé - des candidatures françaises au patrimoine mondial (voir notre article ci-contre du 30 avril 2014). Le feuilleton continue aujourd'hui avec l'annonce, par le ministère de la Culture, du choix de la France de présenter les candidatures de la grotte Chauvet et de la chaîne des Puys lors de la prochaine réunion du comité du patrimoine mondial, qui se tiendra à Doha (Qatar) du 15 au 25 juin prochain.

Un site "ni unique", "ni spectaculaire"

Le communiqué précise que "l'ensemble de la chaîne des Puy - faille de Limagne et la grotte ornée du Pont d'Arc, dite grotte Chauvet-Pont d'Arc sont les deux biens que la France souhaite voir inscrits, en juin prochain, sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco". Cette annonce n'est pas vraiment une surprise (voir notre article ci-contre du 30 janvier 2013), mais elle intervient à un moment stratégique.
La candidature de la chaîne des Puys vient en effet d'être passablement ébranlée par le rapport très négatif rendu par l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Cette organisation non gouvernementale intervient en qualité d'expert pour le compte de l'Unesco sur les sites à caractère naturel et environnemental (le tout aussi redouté Icomos se chargeant des sites à caractère historique et monumental).
Dans son rapport, l'UICN se montre plutôt sévère. Tout en reconnaissant que le dossier présente "de nombreux aspects positifs" - dont "l'engagement de la communauté" autour de la candidature -, l'organisation relève notamment qu'"un grand nombre d'évaluateurs ont estimé que ce bien n'a pas de valeur universelle exceptionnelle en tant que bien naturel du patrimoine mondial". Tout en jugeant le site "agréable", elle le juge "ni unique", "ni spectaculaire".
En conclusion, l'UICN "considère que l'intégrité du bien, du point de vue de ses valeurs naturelles, est compromise par les impacts actuels et anciens de l'utilisation par l'homme qui ont façonné un paysage qui n'est pas fondamentalement 'naturel'".

La France allume un contre-feu

Aussi, le communiqué de presse du ministère de la Culture s'empresse-t-il de prendre le contre-pied de la prise de position de l'UICN, en affirmant que "la candidature de la chaîne des Puys - faille de Limagne repose sur un travail rigoureux de sept ans et a été soumise à l'examen des plus grands spécialistes internationaux de la volcanologie et de la tectonique. Tout au long de ce processus, de nombreux avis d'experts, scientifiques étrangers et spécialistes du Centre du patrimoine mondial ont émis des analyses très positives sur la valeur universelle exceptionnelle du site, la qualité du travail accompli, la mobilisation des acteurs locaux et les mécanismes de protection du site en place".
De son côté, Jean-Yves Gouttebel, président du conseil général du Puy-de-Dôme, s'étonne de la "brutalité" du ton de ce rapport, qui lui "enlève toute crédibilité", et juge le document de l'UICN "clairement biaisé" et "difficilement recevable".
Même si cette réaction n'est pas forcément de nature à renforcer les chances du dossier, il reste néanmoins que les rapports de l'UICN sont très loin d'avoir la rigueur méthodologique et scientifique de ceux de l'Icomos. En dépit de cet écart entre les deux filières - qui constitue un problème croissant pour l'Unesco - et même si l'avis de l'UICN est purement consultatif, il risque néanmoins de peser lourd dans la décision du comité patrimoine mondial en juin prochain.

La voie est libre pour la grotte Chauvet

La voie semble en revanche beaucoup plus dégagée pour la candidature de la grotte Chauvet. Dans son rapport, l'Icomos estime en effet que "la grotte Chauvet présente une quantité et une qualité de manifestations culturelles des populations de l'Aurignacien bien plus riches que tout autre site pris en considération dans l'analyse comparative". L'organisme considère aussi que "la grotte Chauvet est un témoignage exceptionnel sur la plus ancienne production créative connue des populations aurignaciennes, qui illustre une valeur universelle exceptionnelle" et recommande son inscription au patrimoine mondial.
La France n'ayant en principe droit qu'à une inscription annuelle, on semble donc s'orienter vers une inscription de la grotte Chauvet et un rejet de la candidature de la chaîne des Puys.


Pour aller plus loin

Lire aussi