Energie - Eolien et solaire : fort recul des raccordements en 2013


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les raccordements d'éoliennes ont chuté de 30% en 2013 et ceux des panneaux photovoltaïques de 45%, avec un quatrième trimestre toujours médiocre, selon le "tableau de bord éolien-photovoltaïque" du quatrième trimestre 2013 que vient de publier le Commissariat général au développement durable (CGDD).
Pour l'éolien, le parc a augmenté de 535 mégawatts (MW) l'an passé, contre 815 MW en 2012. Le parc installé a atteint un nouveau sommet de 8.163 MW au 31 décembre, mais on est encore loin de l'objectif de 2020 (19 gigawatts). Au quatrième trimestre 2013, les raccordements n'ont été que de 143 MW, soit 42% de moins qu'au dernier trimestre 2012, même si les installations sont amenées à être révisées à la hausse, prévient le CGDD. Malgré les efforts du gouvernement pour relancer la filière en France, l'année 2013 marque donc un nouveau recul, alors que les millésimes 2009 et 2010 avoisinaient les 1.200 MW et les années 2011 et 2012 tournaient autour de 800 MW.
Dans le photovoltaïque, la chute a été encore plus spectaculaire : quelque 613 MW ont été installés, soit 45% de moins que les 1.115 MW de 2012 et 65% de moins que les 1.770 MW de 2011, selon les chiffres du CGDD. Il faut remonter à 2009, époque des véritables débuts du solaire en France, pour retrouver un niveau inférieur à 2013. Les installations du quatrième trimestre, à 160 MW au minimum, s'inscrivent en revanche en hausse par rapport aux 95 MW du dernier trimestre 2012. Mais elles devraient rester en-dessous du niveau du troisième trimestre 2013 (209 MW). Au total, la puissance photovoltaïque installée est de 4.673 MW fin 2013. A noter, les objectifs officiels pour 2020, qui devraient être modifiés par la loi sur la transition énergétique, sont de 5,4 GW pour le photovoltaïque.
La production éolienne s'élève à 15,2 TWh sur 2013, soit une progression de 6% par rapport à 2012 et une part de 3,1% de la consommation électrique. Celle d'origine photovoltaïque s'établit à 4,3 TWh sur l'ensemble de l'année 2013, soit une progression de 16% par rapport à 2012, et une part de 0,9% de la consommation électrique. Ces chiffres sont proches de ceux déjà publiés par le gestionnaire du réseau électrique RTE début février. Selon la filiale d'EDF, l'éolien (3,3%) et le photovoltaïque (1,0%) ont couvert à eux deux 4,3% de la consommation d'électricité française en 2013, contre 3,8% en 2012.
Le tableau de bord du CGDD présente également les résultats régionaux. 13 des 22 régions métropolitaines ont accueilli de nouveaux parcs éoliens en 2013. Champagne-Ardenne et Picardie font toujours la course en tête : elles regroupent à elles deux 46% de la puissance installée en 2013. Avec 144 MW raccordés, Champagne-Ardenne, qui représente le quart de la puissance installée en France, conforte sa première place. La capacité de ses parcs éoliens atteint 1.284 MW fin 2013. Avec près de 101 MW raccordés l'an dernier, la Picardie arrive au deuxième rang en termes de puissance installée (1.143 MW au total). A l'opposé, la moitié sud de la France ne totalise que 5% de la puissance éolienne installée en 2013. Dans les DOM, aucun projet éolien n'a vu le jour depuis 2010. L'outre-mer ne représente désormais que 0,5% de la puissance éolienne installée en France. Le parc solaire photovoltaïque s'est quant à lui accru dans toutes les régions, sauf en Guyane. Les régions méridionales – Paca, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Aquitaine - concentrent plus de 60% de la puissance installée en 2013. Paca arrive en tête en termes de puissance photovoltaïque installée (664 MW au total). En Languedoc-Roussillon, le parc est accru de 32%, avec 105 MW supplémentaires. Près de 14% des nouvelles installations ont été raccordées dans des régions au nord de la Loire (hors Pays de la Loire et Centre). Les DOM, qui bénéficient pourtant d'un ensoleillement toute l'année, ne représentent que 1% de la capacité installée en 2013.
 


Pour aller plus loin

Lire aussi