Culture - Le mécénat culturel redresse la tête

L'Admical - Carrefour du mécénat d'entreprise - publie son enquête sur le mécénat d'entreprise en France. Cette nouvelle livraison de l'étude - réalisée tous les deux ans par CSA auprès d'un échantillon représentatif de 734 entreprises - apporte une bonne nouvelle pour le monde de la culture et du patrimoine après trois années de crise. Le mécénat culturel a en effet connu un véritable effondrement en passant de 975 millions d'euros en 2008 à 380 millions d'euros en 2010 (voir nos articles ci-contre du 25 mars 2009 et du 13 octobre 2010). Cette chute a été d'autant plus spectaculaire que les autres secteurs du mécénat (social, humanitaire, sport...) ont bien mieux résisté à la crise, avec une baisse de l'ordre de 20% contre 61% pour le secteur culturel. Le phénomène n'a d'ailleurs pas manqué d'attirer l'attention de la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, qui s'est déjà penchée à deux reprises sur le sujet (voir nos articles ci-contre du 15 avril 2011 et du 21 février 2012).
La livraison 2012 de l'enquête de l'Admical montre au contraire une reprise du mécénat culturel. De façon globale, le montant consacré à toutes les formes de mécénat par les entreprises reste stable par rapport à 2010, avec 1,9 milliard d'euros. Le nombre d'entreprises mécènes a en revanche augmenté, puisqu'il passe de 35.000 à environ 40.000 sur la même période. En termes de répartition par secteurs, la culture représente désormais 494 millions d'euros - soit 26% du total - contre 380 millions d'euros en 2010. Le montant observé cette année est toutefois encore très loin de celui de 2008 (975 millions d'euros). De plus, le nombre d'entreprises mécènes intervenant dans le secteur culturel est en net recul. Seules 24% des entreprises mécènes choisissent le secteur culturel, contre 37% en 2010. En d'autres termes, les mécènes culturels sont moins nombreux, mais investissent dans des actions plus importantes.
Le principal bénéficiaire du mécénat des entreprises reste toutefois le secteur des actions sociales (43% du financement total, soit 817 millions d'euros). Par contrecoup, le sport subit un phénomène voisin de celui subi par la culture il y a deux ans : s'il reste le domaine dans lequel les entreprises soutiennent le plus d'actions, le budget consacré à ce secteur passe de 19% des dépenses en 2010 à 6% cette année. Viennent ensuite différents domaines comme la santé (10% du budget), l'éducation (10%), l'environnement (4%), la recherche (3%) et la solidarité internationale (2%).
L'enquête de l'Admical apporte également d'autres informations. Elle montre ainsi le poids croissant des PME en termes de nombre d'actions de mécénat. Les petites et moyennes entreprises représentent en effet 93% des mécènes, contre 85% en 2010. Autre élément intéressant les collectivités : le mécénat de proximité continue de se renforcer. Désormais, 83% des entreprises concernées mènent des actions au niveau local, contre 79% en 2010. Enfin, 68% des entreprises interrogées estiment que leurs actions de mécénat vont rester stables dans les deux prochaines années et 16% qu'elles vont augmenter, contre seulement 10% qui prévoient une diminution.

Jean-Noël Escudié / PCA

Plus du tiers du mécénat culturel des entreprises va à des institutions publiques
L'édition 2012 de l'enquête de l'Admical propose également un "module spécial" sur le mécénat culturel (page 31 de l'étude). Celui-ci présente un profil des entreprises mécènes dans ce secteur. Avec 15% du total, la part des grandes entreprises (200 salariés et plus) y est nettement plus élevée que la moyenne tous secteurs confondus (7%). Contrairement à une idée reçue, les mécènes culturels privilégient les actions à destination du public (47% pour la diffusion et 34% pour la sensibilisation), devant le soutien à la création (31%). Comme l'indique l'étude, "la création peut faire peur aux entreprises, en raison de la part d'incertitude et de surprise qu'elle peut réserver". En termes sectoriels, les choix des entreprises mécènes sont également très marqués : 39% d'entre elles s'engagent en priorité dans la musique (dont le soutien aux festivals), 19% dans les musées et les expositions, 19% également dans les arts vivants (théâtre, danse, cirque), 10% dans les arts visuels (photographie, cinéma, audiovisuel), 10% dans la préservation du patrimoine bâti - ce qui confirme au passage le manque de tradition française en ce domaine, contrairement aux pays anglo-saxons -, 7% dans les arts plastiques, 4% dans l'édition et la littérature et 4% dans les achats (œuvres d'artistes vivants, trésors nationaux, biens d'intérêt majeur).
Les bénéficiaires de ces actions de mécénat sont des structures privées pour 38%, des structures publiques pour 35% et des artistes et créateurs pour 25%. L'étude précise que "le secteur public représente toujours un secteur rassurant pour les entreprises" et que "son effet d'entraînement est important". Quels qu'en soient l'objet ou le vecteur, les actions de mécénat culturel des entreprises visent très majoritairement le grand public (83%). Enfin, les entreprises s'engagent dans le mécénat culturel d'abord pour renforcer leur identité ou se différencier (35% de citations). Elles le font ensuite pour participer à l'attractivité de leur territoire (31%), par goût personnel du dirigeant ou en raison de l'histoire de l'entreprise (26%), pour sensibiliser les collaborateurs à l'art et la créativité ou leur offrir un environnement agréable (12%) et pour se donner la possibilité de rencontrer des pairs et de tisser ou d'entretenir des "liens business" (11%).

Pour aller plus loin

Lire aussi