Sécurité - Un député veut associer les habitants à la prévention de la délinquance


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Créer des "comités citoyens de surveillance". C'est ce que préconise le député Patrice Calméjane (UMP, Seine-Saint-Denis) dans une proposition de loi, s'inspirant du concept anglo-saxon de "neighbourhood watch" mis en place depuis de nombreuses années aux Etats-Unis, au Canada et en Angleterre. L'idée est de créer un groupe de voisins pour organiser la surveillance d'un quartier. L’Italie s'est elle aussi dotée d'un dispositif similaire il y a deux ans à travers des "rondes citoyennes" composées de volontaires non armés, enregistrés auprès de la préfecture de police.
Il est "nécessaire de renforcer la participation des habitants à la vie locale et plus particulièrement à la prévention de la délinquance", estime le député, dans l'exposé des motifs du texte. C'est au maire que reviendrait l'initiative de consulter préalablement les conseils de quartier "afin qu'une telle initiative puisse se fonder sur l'engagement des citoyens". Le député propose ainsi de compléter l'article L.2143-1 du Code général des collectivités territoriales sur les conseils de quartier. Ces derniers pourraient ainsi faire des propositions "sur la mise en œuvre d'une politique visant à associer les habitants à la surveillance de leur quartier".

 Milices privées

Enfin, le député souhaite modifier les pouvoirs de police du maire afin d'associer les comités citoyens de surveillance aux conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD).
Des regroupements spontannés de citoyens ont déjà eu lieu en France. En 2001, des habitants des quartiers nord de Paris avaient monté un collectif anti-crack pour lutter contre la présence de dealers autour de la place Stalingrad. Mais derrière l'initiative du député, il y a aussi la crainte de voir se développer des milices privées en France. Dans un courrier de 2009, le député-maire de Cavaillon (Vaucluse), Jean-Claude Bouchet,  signataire de la proposition, avait alerté les ministres de l'Intérieur et de la Justice sur la situation d'un des quartiers de la ville. "Nous sommes à deux doigts de voir l'apparition de milices privées", avait-il écrit.
Jusqu'ici, le gouvernement s'est montré réservé sur la création de tels comités, préférant mettre en avant le service volontaire citoyen de la police nationale créé par la loi du 5 mars 2007 sur la prévention de la délinquance. "Il n'apparaît pas nécessaire d'institutionnaliser des initiatives individuelles ou exceptionnelles telles que les rondes citoyennes", avait ainsi fait valoir le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, répondant à une question du député de Seine-Saint-Denis, Eric Raoult, en septembre 2009. Faut-il voir dans les récentes déclarations du nouveau ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, rappelant que "la sécurité est l'affaire de tous", l'amorce d'un changement ?


Pour aller plus loin