Industrie - GM&S : la région Nouvelle-Aquitaine veut lancer un programme de reconversion pour le territoire

Publié le 12/09/2017

Baptisé Cadet, ce programme a déjà été utilisé à deux reprises dans le passé. Il sera présenté officiellement le 22 septembre aux partenaires de la région qui entend avant tout co-constuire avec eux ce plan de redynamisation.

Alors que la reprise partielle de l’équipementier automobile GM&S par le français GMD est effective depuis le 11 septembre, la région Nouvelle-Aquitaine a d’ores et déjà fait savoir qu’elle allait mettre en place un "programme d'accompagnement à la reconversion" pour ce territoire de la Creuse durement touché. Ce dispositif de revitalisation baptisé Cadet (contrat aquitain de développement de l'emploi dans les territoires) a déjà été utilisé avec succès dans le passé, à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) et à Bergerac (Dordogne), indique le conseil régional, qui entend par ce biais appuyer toutes les zones en difficulté sur son territoire. Il sera présenté le 22 septembre aux partenaires publics et privés du bassin d’emploi de La Souterraine : les élus de la communauté de communes du pays sostranien (où se situe La Souterraine, siège de GM&S), de la communauté d’agglomération de Guéret, les entreprises locales et les partenaires sociaux... En réalité, rien n’est décidé à ce jour et aucune enveloppe n'est affichée. La région entend tout d’abord présenter un état des lieux de la situation économique locale avant d’envisager collectivement des pistes de reconversion.

Deuxième employeur du département

Avec 276 emplois, le site de La Souterraine était le deuxième employeur de la Creuse (sans compter les emplois indirects). L’offre de reprise validée par le tribunal de commerce de Poitiers, le 7 septembre, va se traduire par le maintien de 120 emplois et donc la suppression des 156 autres. Pour la région - qui a consenti un effort d’environ 1,2 million d’euros sous forme de prêts et garanties pour tenter de sauver l’entreprise -, "ce n’est pas la solution idéale" qui a été arrêtée. "Tout le monde aurait souhaité une meilleure sortie, disons que c’est la solution la 'moins pire'", soupire Francis Wilsius, conseiller régional délégué à la restructuration économique et à la sécurisation des parcours professionnels. L’élu se satisfait néanmoins du maintien d’une activité pérenne sur le site. L’Etat, Renault et PSA se sont en effet engagés à investir 15 millions d’euros et à garantir leurs commandes pour cinq ans. "Nous avons espoir que l’activité reparte rapidement, avec des perspectives d’embauches sur le moyen et le long termes", escompte Francis Wilsius.

"On n'arrive pas en pays conquis"

Mais le Cadet ne vise pas particulièrement les salariés licenciés de GM&S. Ces derniers seront pris en charge par une cellule de reclassement. La région pourra toutefois y contribuer en proposant notamment des formations longues, en plus de celles de Pôle emploi. Le Cadet, lui, se veut un plan d’ensemble sur le développement économique du territoire. Il s'agit d'étudier le potentiel économique des entreprises, comprendre leurs besoins de financements... Dans ce cadre, la région se voit surtout comme "maître d’œuvre". Les propositions doivent émaner du territoire. "Ce sont les élus et les entrepreneurs qui connaissent le mieux leurs atouts et leurs difficultés, on n’arrive pas en pays conquis, on souhaite vraiment construire ensemble", insiste Francis Wilsius. L’un des objectifs est aussi de valoriser ce territoire, de travailler sur son image, afin d’attirer de nouvelles activités. D’où l’intérêt de travailler à l’échelle du bassin d’emploi, et d’associer l’agglomération de Guéret. "Ce n’est pas du tout un territoire enclavé, il est au croisement des axes Lyon-Poitiers et Toulouse-Paris, en termes de logistique c’est un atout", souligne encore Francis Wilsius. Pour la nouvelle grande région, c'est aussi l'occasion d'assumer ses nouvelles responsabilités.