Rencontres nationales du transport public - Vers des autorités organisatrices plus fortes ?


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© I.Hanning / REA |

Comment muscler un service de transport en commun tout en maîtrisant ses coûts et en l'étendant sur un périmètre plus large ? Pour résoudre cette quadrature du cercle, des collectivités ont partagé leurs solutions lors des Rencontres nationales du transport public, qui viennent de se terminer le 12 octobre à Marseille.

"L'avenir est à des autorités organisatrices de transport plus fortes et responsables, qui tiennent la barre dans un contexte budgétaire restreint et trouvent de nouveaux moyens en harmonisant les services et notamment grâce à la convergence tarifaire", a introduit Jean-Pierre Serrus, vice-président transports de la métropole Aix-Marseille Provence (AMP), lors d'une table ronde aux Rencontres nationales du transport public qui se sont terminées ce 12 octobre. Issue d'une fusion exceptionnelle à cette échelle de six grandes agglomérations déjà autorités organisatrices des transports urbains (AOTU), cette métropole représente un cas emblématique de recomposition territoriale à forte incidence sur l'organisation des transports. "Ces incidences sont vécues dans de nombreux territoires, avec la transformation du paysage intercommunal, des AO ont fusionné ou leur périmètre s'est étendu. Ce qui pose forcément des questions, par exemple pour lever le versement transport là où des services de transport ne sont pas encore ou que partiellement rendus", éclaire Nicolas Portier, délégué général de l'Assemblée des communautés de France (AdCF).

Vers un versement transport sanctuarisé

Ce versement transport fait à nouveau débat au niveau national. Des discussions sont en effet en cours et mettent autour de la table le Groupement des autorités responsables de transport (Gart), l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) et le Medef. Un consensus semble se dégager pour défendre l'idée de le stabiliser dans le temps : "Nous proposons de sanctuariser le versement transport. Le gouvernement nous prête sur le sujet une oreille attentive mais se garde bien de nous répondre pour l'instant", indique Louis Nègre à la tête du Gart.

Plus de souplesse et d'innovation

Pour améliorer localement le "rendement fiscal" de certains services de transport et harmoniser leur desserte et leur organisation lorsqu'une AO a élargi son ressort territorial, la collectivité n'est pas seule et s'appuie généralement sur les transporteurs à son service. "Nous composons avec les exigences des collectivités, remettons à plat des services et en réinventons des plus adaptés et économes, par exemple en expérimentant plus de bus à la demande pour desservir des zones d'activités, comme c'est le cas à Vitrolles dans les Bouches-du-Rhône", illustre Anne de Bagneux, directrice adjointe France Sud chez Transdev. "Il reste d'autres solutions à inventer pour mieux desservir les zones diffuses en misant sur la souplesse et l'innovation", conclut Nicolas Portier.

Lire aussi