Tourisme - Saison 2016-2017 : les stations de ski à la peine


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Massif du Dévoluy, Alpes-du-Sud
© Nadège Dunis | Massif du Dévoluy, Alpes-du-Sud

A l'occasion de son congrès annuel à Beaune, les 5 et 6 octobre, Domaines skiables de France - la chambre professionnelle des opérateurs des domaines skiables -, publie ses traditionnels "Indicateurs et analyses", portant sur la saison hivernale 2016-2017. Alors que l'activité touristique dans son ensemble vient d'opérer un rétablissement spectaculaire, le bilan apparaît plutôt mitigé pour les stations de ski et révèle aussi certains faiblesses plus structurelles.

De la première à la troisième marche

Le signe le plus manifeste de cette situation en demi-teinte est que la France descend d'une marche sur le podium des pays ayant vendu de plus grand nombre de journées-skieur au cours de la saison 2016-2017. Après avoir perdu la première place au profit des Etats-Unis (voir notre article ci-dessous du 26 septembre 2016) - qui affichent cette année 54,7 millions de journées-skieur vendues -, la France est désormais dépassée par l'Autriche (52,1 millions) et se retrouve au troisième rang avec 51,1 millions de journées-skieur vendues. Ce trio de tête se trouve loin devant ses suivants : l'Italie (30 millions), le Japon (28 millions) et la Suisse (22 millions).
Par ailleurs, l'étude montre que les recettes issues du domaine skiable sont quasi stables depuis 2013, autour de 1,3 milliard d'euros. La recette moyenne TTC par journée-skieur progresse faiblement, passant, en euros constants, de 19,3 euros en 1990 à 25,9 euros en 2017.
Les choses évoluent également en termes de saisonnalité. La part des vacances de printemps s'accroît - passant de 2% du total en 2012-2013 à 6,3% en 2016-2017, tandis que celle des vacances de Noël diminue (respectivement 16% et 9%). De même les intervacances de mars progressent, alors que celles de janvier diminuent.

Le sud remporte la manche

En termes de clientèle, les vacanciers français continuent de représenter près des trois quarts (73%) de la fréquentation, suivis par les Britanniques (10%), les Belges (6%) et les Hollandais (4%).
En termes économiques, la saison 2016-2017 se caractérise par une fréquentation en léger recul (-1,5% par rapport à la saison précédente), mais affiche une baisse de 6,5% par rapport à la moyenne des quatre saisons précédentes. Ce recul global de 1,5% varie toutefois fortement selon les massifs : +5% dans les Alpes du Sud, +2% dans les Pyrénées, +2% dans les Vosges, -0,3% en Savoie, -4% en Isère-Drôme, -4% dans le Jura, -6% en Haute-Savoie, et -12% dans le Massif Central. En termes de parts de marché, la Savoie et la Haute-Savoie représentent 63% du total, suivies par les Alpes du Sud (14%), les Pyrénées (9%) et l'Isère-Drôme (9%).
En termes de typologie des stations, les très grandes stations représentent 39% du nombre total de journées-skieur, les grands stations 39% également, les moyennes stations 14% et les petites stations 9%. Ces dernières affichent toutefois la plus forte hausse sur la saison 2016-2017, avec une progression de 3,2%, alors que les trois autres catégories sont orientées à la baisse.
Enfin, on retiendra que la France est en retard en terme de couverture par la neige de culture (35% du domaine skiable couvert, contre 48% en Suisse, 60% en Autriche et 70% en Italie) et que le tourisme d'été, s'il offre des perspectives intéressantes (voir notre article ci-dessous du 5 septembre 2017) reste encore marginal sur le plan économique, avec seulement 5% du chiffre d'affaires des adhérents de Domaines skiables de France.


Pour aller plus loin

Lire aussi