Plan d'actions Entreprises : les régions et les chambres de commerce répondent présent


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Le 11 septembre, Edouard Philippe et Bruno Le Maire ont visité l'entreprise Poujoulat dans les Deux-Sèvres sous la conduite de son président Frédéric Coirier (à gauche sur la photo)
© Xavier Leoty / AFP | Le 11 septembre, Edouard Philippe et Bruno Le Maire ont visité l'entreprise Poujoulat dans les Deux-Sèvres sous la conduite de son président Frédéric Coirier (à gauche sur la photo)

Régions de France et CCI France accueillent favorablement les premières mesures du plan d'actions gouvernemental pour l'investissement et la croissance des entreprises, présentées le 11 septembre 2017 par le Premier ministre. Les deux réseaux apprécient également la méthode de construction participative choisie par le gouvernement pour préparer le plan.

Les régions ont accueilli avec satisfaction les premières annonces concernant le plan d'actions pour l'investissement et la croissance des entreprises et elles saluent la concertation qui va être engagées. Lors d'un déplacement à Niort (Deux-Sèvres), le 11 septembre, le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté ce plan d'actions qui passera tout d'abord par des mesures fiscales qui seront officialisées dans le projet de loi de finances pour 2018. Le Premier ministre a ainsi confirmé la baisse progressive du taux d'impôt sur les sociétés, de 33,3% à 25% en 2022, ainsi que la baisse du taux du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) d'un point l'année prochaine avant d'être transformé en 2019 en baisse directe de cotisations pour les employeurs, comme l'avait promis Emmanuel Macron pendant la campagne électorale.
Au-delà de ces premières mesures fiscales, le plan d'actions "sera articulé autour d'un projet de loi", signale le gouvernement dans son dossier, en allusion au projet de loi sur la transformation de l'économie qui doit voir le jour en 2018, "mais il ne s'y limitera pas". "Les mesures permettant à nos entrepreneurs et entreprises d'être informés et soutenus dans l'évolution de leur cadre d'activité et l'utilisation des nouveaux outils à leur disposition, seront également au cœur de la démarche".
Pour ce faire, le gouvernement va lancer une "large concertation des parties prenantes" dès octobre 2017, impliquant "les forces économiques, sociales et politiques aux niveaux national et régional", précise le dossier de presse du gouvernement.

"Nous ne sommes pas surpris car nous sommes associés au plan", explique à Localtis Jean-Philippe Berton, conseiller développement économique, innovation, enseignement supérieur et recherche, numérique, tourisme à Régions de France.  "Le gouvernement va s'appuyer sur les diagnostics réalisés par les régions dans le cadre des schémas régionaux de développement économique, d'innovation et d'internationalisation (SRDEII)."

Les régions ont "une plus-value sur plusieurs thématiques"

Dans le cadre de cette concertation, des groupes de travail seront mis en place sur six thématiques : la création, croissance et transmission, le financement des entreprises, la simplification et la sécurisation des relations entre les entreprises et l'administration, la formation initiale et continue, la conquête de l'international et la numérisation et l'innovation. Chaque groupe sera co-piloté par un chef d'entreprise et un parlementaire. Pour Jean-Philippe Berton, "les régions ont une plus-value forte sur plusieurs thématiques, comme l'international, l'innovation, le numérique, et la formation".
Se réjouissant de la méthode de construction participative choisie par le gouvernement pour mener à bien la future loi TPE-PME, CCI France affirme aussi sa volonté de participer aux groupes de travail. CCI France "se réjouit des premières mesures qui ont été annoncées", dans un communiqué diffusé le 11 septembre. Le réseau des chambres de commerce salue la baisse progressive du taux d'impôt sur les sociétés, et la baisse pérenne des charges patronales qui se substitue au CICE. "Cette mesure desserrant l'étau de la fiscalité montre que le gouvernement prend en compte les besoins des entreprises. Elle est une des premières briques de la reconquête économique dont le pays a besoin", signale Pierre Goguet, président de CCI France, dans le communiqué.


Pour aller plus loin

Lire aussi