En bref - Record de candidatures pour les sénatoriales


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Quelque 1.971 candidats vont se présenter aux 171 sièges de sénateurs qui seront renouvelés le 24 septembre, un record pour ce type d'élections. La clôture du dépôt des candidatures avait lieu ce vendredi 8 septembre.
Le Sénat a publié sur son site dédié l'ensemble des candidats par département à ce dernier rendez-vous électoral de 2017. Le ministère de l'Intérieur devait faire de même en ce début de semaine.
Pour le seul territoire de Paris, 13 listes ont été déposées, dont plusieurs à la dernière minute, alors que 10 seulement étaient attendues. "Il s'agit là d'un record", a estimé le chef de file de la liste PS, Rémi Féraud. En 2011, année du dernier scrutin sénatorial dans la capitale, il n'y en avait eu que 6.
En 2014, lors du précédent renouvellement sénatorial, quelque 1.733 candidats s'étaient disputé les 178 sièges qui étaient alors renouvelés. Il s'agissait déjà d'un record pour ce type d'élections puisqu'il y en avait eu 1.374 en 2011 et 754 en 2008.
La République en Marche présente des candidats dans toute la France métropolitaine. Toutefois, ses dirigeants font preuve de prudence, la composition du collège électoral qui élit les sénateurs ne lui étant pas favorable.
Les candidatures ont été transmises aux tribunaux administratifs qui doivent vérifier leur validité.
Le Sénat est renouvelable par moitié tous les trois ans. Cette année, sur un total de 348 sénateurs, 171 sièges sont concernés 38 départements métropolitains (150) et 6 départements et collectivités d'outre-mer (14), auxquels s'ajoutent 6 sièges des Français hors de France et un siège vacant. Dans les départements élisant deux sénateurs ou moins, l'élection a lieu au scrutin majoritaire à deux tours. Dans ceux élisant plus de deux sénateurs, l'élection a lieu à la proportionnelle à la plus forte moyenne.
Deux ministres sont candidats cette année, Jacqueline Gourault (Intérieur) à sa propre succession dans le Loir-et-Cher, et Gérald Darmanin (Comptes publics) en position non éligible dans le Nord.


Pour aller plus loin

Lire aussi