Mixité scolaire - Lancement d'une expérimentation à Toulouse, avec la réaffectation d'élèves de REP+ dans 5 collèges favorisés


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Georges Méric, président du conseil départemental, et Hélène Bernard, rectrice, le 4 septembre 2017, au collège Bellevue de Toulouse
© @GeorgesMeric | Georges Méric, président du conseil départemental, et Hélène Bernard, rectrice, le 4 septembre 2017, au collège Bellevue de Toulouse

Le "plan d'amélioration de la mixité sociale dans les collèges haut-garonnais", adopté le 24 janvier 2017 dans le cadre des expérimentations de mixité sociale dans les collèges proposées par l'ancienne ministre de l'Education nationale, est en marche. Une expérimentation a été lancée le jour de la rentrée 2017, lundi 4 septembre, concernant l'un des 5 collèges de REP+ concernés.
117 des 164 élèves qui devaient constituer les futures 6e du collège Raymond Badiou, dont la reconstruction a été programmée dans un secteur plus mixte pour 2021, ont effectué leur rentrée dans 5 collèges favorisés situés dans la métropole toulousaine. Parmi eux figure le collège Bellevue à Toulouse, où se sont rendus, ce jour de rentrée, Georges Méric, président du conseil départemental, et la rectrice de l'académie de Toulouse, Hélène Bernard.
L'affectation progressive, chaque année, des CM2 issus de 5 groupes scolaires qui dépendent de ce collège permettra les fermetures successives des différents niveaux de cet établissement situé dans le quartier de la Reynerie et qui scolarise actuellement plus de 80 % d'élèves issus de familles défavorisées.

"Décontournement"

Sur les 47 élèves qui manquent à l'appel, il y aurait quelques "retours tardifs de vacances" notamment, quatre enfants "évaporés", et "les autres ont fait l'objet de dérogations légales, ou encore ont été inscrits dans le privé", selon l'inspecteur d'académie. Les inscriptions dans le privé ont fait l'objet d'une baisse, ce qui montre déjà, selon la rectrice, "un effet de décontournement" de la carte scolaire alors que jusque-là le collège souffrait d'un phénomène d'évitement. "Je suis convaincue que nous avons fondamentalement raison", a déclaré Hélène Bernard. "Quoi que l'on fasse - et on a essayé d'améliorer ces collèges -, on n'arrivait pas à sortir de cette situation de ghetto. Et ce sont les élèves qui sont pénalisés, parce qu'ils ont la garantie de moins bien réussir en restant dans ces collèges. Or, ils ont les mêmes talents que les autres", a-t-elle ajouté. "L'égalité citoyenne, à Toulouse, il faut parfois l'imposer !", a approuvé Georges Méric.

Transports dédiés et gratuits

Pour permettre ces réaffectations, le conseil départemental a dédié des bus scolaires gratuits (comme c'est le cas pour tous les collégiens de Haute-Garonne), avec, jusqu'aux vacances de la Toussaint, la présence d'un accompagnateur. L'ensemble des collèges "accueillants" ont été choisis selon leur composition sociale (favorisée) et leur capacité d'accueil, et de façon que le temps de transport ne dépasse pas 35 minutes.
Ces élèves seront accompagnés : pour leurs devoirs (hors mesure "devoirs faits"), pour lesquels, par exemple, le collège Bellevue a d'ores et déjà affecté deux AED (assistants d'éducation) et pour des activités de médiation qui "vont être proposées pendant la pause méridienne en lien avec l'AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville)". Le collège Bellevue a également désigné deux référents mixité.
Cette opération doit faire l'objet d'un "suivi et d'une évaluation" durant les 4 années de collège, précise l'une des personnes en charge du pilotage du dispositif au département.
Le comité de suivi, émanant du CDEN (conseil départemental de l’Education nationale), fera un premier bilan à la fin de l'année scolaire sur la base d'observations, de questionnaires et d'entretiens.

Trois autres collèges seront réhabilités

Un dispositif similaire est prévu pour un autre collège (Bellefontaine) avec reconstruction totale sur un autre site et réaffectation provisoire des élèves rattachés à ce collège dans des établissements favorisés.
Trois autres collèges feront l'objet d'opérations pour améliorer leur "attractivité", "afin d'encourager le retour des populations plus favorisées" : reconstruction progressive et totale du collège Rosa Parks à Lalande (opération "à tiroirs" entre 2020 et 2022) ; déplacement de l'entrée du collège Stendhal au Mirail, actuellement située "dans une impasse peu accessible" et "très peu visible" (après une concertation qui démarrera à l'automne avec la Ville) ; réflexion cette année autour des besoins immobiliers et pédagogiques du collège George Sand, dont le "projet n'est pas encore arrêté".
En plus de ces mesures, le Conseil départemental "ne s'interdit pas des mesures ponctuelles de sectorisation comme la réaffectation d'une école après concertation". Il prévoit aussi d'engager une autre concertation, dès début 2018, pour rééquilibrer la carte scolaire en prévision de la hausse démographique qui impactera Toulouse.

46 millions d'euros sur 5 ans

Le plan d'amélioration de la mixité sociale dans les collèges haut-garonnais a été construit à l'issue d'une consultation publique menée entre septembre et décembre 2016 (près de 50 réunions publiques et 1.100 personnes rassemblées). Le conseil départemental consacrera un budget de 46 millions d'euros sur les 5 prochaines années pour sa mise en œuvre. 
A ce budget, seront ajoutés 5 millions d'euros, toujours à la charge du CD31, pour le rachat, dans une "zone socialement plus mixte" dans Toulouse, d'un terrain de 2 hectares pour la reconstruction du collège Badiou. "La Ville", indique Georges Méric, "avait proposé la mise à disposition d'un terrain, mais vers Tournefeuille, donc trop éloigné des quartiers où habitent ces élèves". Ce nouveau collège qui accueillera 600 élèves doit faire l'objet d'une sectorisation pour laquelle une nouvelle phase de concertation citoyenne doit s'ouvrir à l'automne.
 

Lire aussi