Sports - Laura Flessel a arrêté sa feuille de route


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Laura Flessel, Ministre des Sports
© @FlesselLaura ¿ | Laura Flessel, Ministre des Sports

Pour Laura Flessel, le temps des consultations est terminé. Voici venu le temps de l'action. La nouvelle ministre des Sports a élaboré une feuille de route pour les mois et les années à venir. Feuille de route qui devait encore recevoir l'aval, début août, du Premier ministre Edouard Philippe.
Selon nos informations, le programme de Laura Flessel devrait s'articuler autour de quatre priorités. La première porte sur le thème de "la France qui rayonne". Sans surprise, il est ici question de la candidature de Paris à l'organisation des Jeux olympiques de 2024. Si les chances de Paris d'obtenir cette organisation semblent aujourd'hui très élevées, le ministère respectera, avant de s'exprimer plus avant, le calendrier du CIO (Comité international olympique), lequel doit faire une annonce officielle sur l'attribution des Jeux de 2024 et 2028 au plus tard lors de son vote du 13 septembre prochain. En tout état de cause, si les Jeux olympiques de 2024 étaient effectivement attribués à Paris, cela constituerait bien évidemment une formidable "locomotive" pour l'action ministérielle. Avec pour conséquences en termes de "rayonnement", au-delà de la préparation de l'événement et de son organisation, le développement de la diplomatie sportive de la France, et indirectement celui de la filière économique du sport via l'exportation du savoir-faire français dans l'organisation de grands événements sportifs internationaux. Lancée sous le précédent quinquennat, la filière économique du sport sera renforcée et sa structuration accélérée. Côté "rayonnement" toujours, le ministère des Sports travaillera à accroître la performance sportive, en lien avec le CNOSF (Comité national olympique et sportif français) et le CPSF (Comité paralympique et sportif français).

500 maisons du sport-santé à l'étude

Le deuxième axe de travail portera sur "la France qui bouge", selon le souhait du président de la République d'augmenter le nombre de pratiquants sportifs de trois millions durant son quinquennat. Cela suppose de renforcer la culture sportive amatrice, d'ouvrir à la pratique dès le plus jeune âge, en travaillant notamment avec l'Education nationale pour reconsidérer le sport à l'école. L'université et l'entreprise pourraient aussi offrir des terreaux fertiles au développement de la pratique sportive. Un travail de communication sera également entrepris pour lutter contre toutes les formes de discriminations et d'autocensure, notamment chez certaines femmes ou personnes handicapées.
"La France intègre" sera le thème du troisième axe de travail du ministère des Sports. L'idée ici est de faire plus en matière d'éthique sportive au niveau mondial, en mobilisant tout d'abord les partenaires européens de la France, qu'il s'agisse de la lutte antidopage ou de la transparence dans la gouvernance des fédérations sportives.
Le quatrième et dernier axe s'intitule avec optimisme "une France en pleine forme" et vise à promouvoir le sport-santé. L'objectif central sera de mettre en place 500 maisons dédiées au sport-santé sur tout le territoire français, avec une priorité donnée aux "quartiers populaires". Le but étant d'amener les personnes les plus éloignées de la pratique à découvrir des disciplines sportives méconnues, tout en mettant l'accent sur la pratique non compétitive, le bien-être et la prévention. Quelle forme ces maisons du sport-santé prendront-elles ? Seront-elles créées dans des sites ad hoc ou seront-elles adossées à des clubs sportifs travaillant déjà sur ce thème ? Le ministère des Sports réfléchit à différentes pistes. En tout état de cause, le sport-santé, priorité affichée par Laura Flessel depuis sa prise de fonctions, sera donc effectivement un de ses grands chantiers.

Les écoles d'architecture mises à contribution

Avec quels moyens cette feuille de route sera-t-elle mise en œuvre ? La ministre des Sports a rencontré à la mi-juillet son collègue des Comptes publics, Gérald Darmanin, et ce dernier lui a précisé que tous les ministères seraient mis à contribution pour réduire la voilure budgétaire… La question financière est également en suspens pour le CNDS (Centre national pour le développement du sport). Si ses ressources ne relèvent pas directement du budget de l'Etat mais principalement de taxes sur les produits de la Française des jeux, son actuelle présidente, Béatrice Barbusse, confiait récemment à Localtis qu'il devrait lui aussi "faire des économies".
Avec des moyens forcément limités, le ministère des Sports pourrait faire preuve d'imagination pour évoluer. Par exemple en augmentant la capacité d'expertise de la direction des Sports à travers des programmes universitaires, des chaires appliquées visant à élargir la réflexion sur les politiques sportives au-delà du monde sportif. Il pourrait ainsi être question de proposer à des écoles d'architecture de mettre en place des chaires sur les équipements sportifs de façon à encourager l'innovation dans ce domaine.

Lire aussi