Erik Orsenna ambassadeur pour convaincre les collectivités d'étendre les horaires de leurs bibliothèques


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Fotolia |

Françoise Nyssen a annoncé, le 15 juin, en ouverture du congrès des bibliothécaires de France, le lancement d'un grand débat national sur l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques et d'une campagne "de mobilisation" auprès des collectivités. La ministre de la Culture a nommé l'écrivain Erik Orsenna "ambassadeur" auprès des collectivités et assuré qu'elle avait avancé ses pions auprès de Bercy pour obtenir des financements à la prochaine loi de finances.

"L’équipement de notre pays n’est pas terminé" et "l'effort d'investissement des collectivités locales doit donc se poursuivre", a déclaré Françoise Nyssen, jeudi 15 juin, au congrès de l'Association des bibliothécaires de France (ABF), avant d'aborder la question "centrale" de l'extension des horaires d'ouverture. "La dotation générale de décentralisation constitue à cet égard, bien entendu, un instrument à préserver", a-t-elle indiqué, annonçant qu'elle s'y "emploierait avec (son) collègue ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, qui en assure la gestion".
La ministre de la Culture, également éditrice, a rappelé que malgré un réseau de plus de 16.000 bibliothèques et relais de lecture en France, près de 20% de la population n’a pas accès à la lecture publique dans de bonnes conditions, "en particulier, dans les zones blanches rurales et périurbaines, ainsi que dans les quartiers prioritaires".
Elle estime également qu'"il faut poursuivre l’investissement dans la modernisation et le développement numérique" et "ouvrir davantage" les bibliothèques vers l’extérieur "et notamment vers l’école" avec qui "il faut multiplier les collaborations tout au long de l’année : à la fois sur le temps scolaire et hors temps scolaire", a-t-elle ajouté.

"Ouvrir davantage en soirée et le week-end"

Mais selon la ministre, "la question centrale" c'est "l’adaptation des horaires d’ouverture". D'abord parce qu' "il s’agit d’un engagement de campagne du président de la République", a-t-elle rappelé. "Il faut réfléchir à l’opportunité d’ouvrir davantage en soirée et le week-end, comme cela se fait d’ailleurs déjà chez beaucoup de nos voisins européens." Selon une enquête du ministère, "l’impact serait immédiat, en termes de fréquentation : la part d’usagers pourrait augmenter de 10 points, et dépasser ainsi les 50% de la population".
Pour lancer la réflexion, Françoise Nyssen a annoncé la tenue d'un grand débat national, qui sera porté à l'échelle des régions par les Drac (directions régionales des affaires culturelles) et réunira "toutes les parties prenantes". Et de citer : les bibliothécaires évidemment "mais plus largement l’ensemble des agents publics concernés" et les organisations syndicales ; les citoyens ; les collectivités ; les élus. L'objet du grand débat sera de traiter les deux enjeux liés à l’ouverture que la ministre a identifiés : "les enjeux sociétaux ; les enjeux sociaux pour votre profession". Il permettrait également de s'interroger sur le fait que ce sont "de plus en plus des lieux de travail, de rencontre, d’échange". Dès lors, "il faut donc réfléchir aux moyens d’adapter le format et les services des bibliothèques à ces nouvelles attentes", a invité la ministre.

Erik Orsenna nommé "ambassadeur de bonne volonté auprès des collectivités"

Parallèlement au débat national, le ministère de la Culture organisera une "campagne de mobilisation nationale auprès des collectivités territoriales pour les sensibiliser à la question des horaires, et pour définir les modalités du soutien de l’Etat". Françoise Nyssen a rappelé que vingt collectivités avaient franchi le pas en 2016 (voir notre article du 24 avril 2017), en bénéficiant de la dotation générale de décentralisation ainsi que le prévoit un décret du 8 avril 2016 (voir notre article ci-dessous du 12 avril 2016).
Pour aller "beaucoup plus loin", elle a nommé Erik Orsenna "ambassadeur de bonne volonté auprès des collectivités". L'écrivain et académicien avait déjà été sollicité en 2014 par Aurélie Filippetti, avec d'autres "intellectuels" regroupés au sein de l'ONG Bibliothèques sans frontières qui lançait dans le même temps la pétition en ligne "Ouvrons + les bibliothèques" pour peser, à l'époque, dans le débat sur les élections municipales (voir notre articles du 24 mars 2014).
Erik Orsenna est cette fois mandaté pour faire un "Tour de France", accompagné par un inspecteur général des affaires culturelles, en s'appuyant sur les Drac. Sur la question du financement, "un comité de pilotage sera mis en place pour veiller à l’adéquation entre l’aide de l’Etat et les attentes des collectivités", a-t-elle assuré. Présidé par la ministre, elle souhaite y associer "l’ABF, les Drac et des personnalités mobilisées autour de cette question".
Enfin, Françoise Nyssen a indiqué avoir engagé les discussions avec les ministres de l'Intérieur et du Budget, "pour que les moyens dont nous disposons dans la loi de finances pour 2018 soient à la hauteur de notre ambition".


Pour aller plus loin

Lire aussi