Sur le web, l'économie collaborative s'utilise différemment selon les villes


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Asterès |

Le cabinet d'études économiques Asterès publie, pour la seconde année consécutive, un "indice de l'économie du partage" appliqué aux 30 plus grandes villes de France métropolitaine. Ce travail permet de comprendre que l'usage des plateformes numériques d'échange de biens et de services dépend de la situation d'une ville et de ses besoins. Cette année encore, ce sont les Bordelais qui semblent les plus friands des outils de l'économie collaborative.

Airbnb, Blablacar, LeBonCoin, Ouicar... autant de services numériques entrés dans les pratiques quotidiennes de nombreux Français et dont on ne perçoit pas toujours la dimension territoriale. Or, selon les villes, les besoins et les préférences des usagers sont susceptibles de fortement varier. Pour mieux le comprendre, Asterès a analysé la localisation des offres présentes sur de nombreuses plateformes numériques de l'économie collaborative et comparé l'activité des 30 villes les plus peuplées de France à leurs démographies.
Les résultats permettent de comprendre que les habitants utilisent les plateformes numériques en lien avec les problématiques auxquelles ils font face sur leur territoire. Par exemple, le partage de transport est particulièrement utilisé dans les villes les moins peuplées du classement, telles que Clermont-Ferrand, ou encore Orléans. Les auteurs y voient un indice du fait que le covoiturage vient compenser les infrastructures de transport qui font défaut.
Les plateformes de vente de biens, telles que LeBonCoin, constituent aussi peut-être une "réponse locale au manque de pouvoir d'achat" ; en effet, elles sont particulièrement utilisées dans les territoires fragiles. Le numérique contribue en effet au "système débrouille" et aux astuces de consommation, qui permettent aux ménages précaires de réduire leurs dépenses.
L'étude d'Asterès s'appuie sur des corrélations sommaires qui gagneraient à être complétées par d'autres travaux. Elle vient en tout cas souligner une tendance importante : l'économie collaborative, adossée au numérique, contribuerait à la fameuse "résilience des territoires" pour affronter les défis de la précarité ou encore du manque d'accessibilité. Dans cette même perspective, le récent rapport de Terra Nova sur le numérique dans le monde rural avait pointé le potentiel de l'économie collaborative pour développer les territoires les moins isolés, notamment sur le front touristique.


Pour aller plus loin

Lire aussi