Sports - Entre la ministre des Sports et l'Andes, le match s'engage bien


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Présentation des actions de l'Andes à la ministre des Sports Laura Flessel
© Andes | Présentation des actions de l'Andes à la ministre des Sports Laura Flessel

Les choses n'auront pas traîné. Moins de un mois après la nomination de la nouvelle ministre des Sports, l'Andes (Association nationale des élus en charge du sport) avait rendez-vous hier, lundi 12 juin, avec Laura Flessel.
Pour l'Andes, il s'agissait tout d'abord de se faire connaître de la ministre, de faire valoir les actions en faveur desquelles l'association est engagée. Mais le but était également d'établir un état des lieux des dossiers en cours, de connaître les orientations de Laura Flessel et d'envisager la mise en place d'"une synergie partenariale entre notre association et son ministère", selon Marc Sanchez, président de l'Andes, interrogé par Localtis.
"Nous avons bien sûr abordé tous les sujets liés au sport, à commencer par le sport pour tous, poursuit Marc Sanchez. L'objectif étant de faire venir de plus en plus de monde sur les activités sportives au travers de l'engagement des collectivités en faveur des sports de nature, par exemple. On a aussi évoqué bien des domaines comme le sport-santé, le sport scolaire, ainsi que la transversalité qu'il pourrait y avoir avec les autres ministères." A ce propos, sans entrer dans le détail de la forme que cela pourrait prendre, des rencontres régulières autour du développement du sport pour tous ont été suggérées.
Les discussions ont encore porté sur les aspects économiques du sport, liés par exemple à l'organisation des grands événements sportifs internationaux en France et à leurs retombées en termes d'emploi. Toujours à propos d'emploi : la ministre et l'Andes ont évoqué la question de la qualification et de l'agrément de certains emplois sportifs.

Maintenir les subventions CNDS

Au-delà de considérations générales sur le développement du sport et le rôle et la place de chaque acteur, l'Andes a également profité de cette rencontre pour sensibiliser Laura Flessel aux problématiques spécifiques des collectivités territoriales. "Nous avons abordé le travail qu'il reste encore à faire sur les normes des équipements sportifs, pointe Marc Sanchez. C'est un sujet sur lequel les choses ont évolué et nous allons poursuivre le travail entrepris."
De même, la question des redevances des enceintes sportives par les clubs professionnels était au menu des échanges, mais cette fois pour établir un constat d'échec. "Nous avons fait part de notre inquiétude de voir des décisions bloquées au niveau européen, confie Marc Sanchez. Cela fait partie des sujets qui ont été abordés en profondeur et sur lesquels nous reviendrons." En attendant une prochaine discussion sur la question, la ministre pourra découvrir les arguments de l'Andes dans le dossier que l'association lui a remis.
Dernier point essentiel que les élus au sport désiraient aborder : les aides du CNDS (Centre national pour le développement du sport) en faveur des équipements sportifs, un dossier qui, une fois la page Paris 2024 temporairement refermée le 17 septembre prochain, jour de la désignation par le CIO de la ville-hôte des Jeux olympiques de 2024, figurera tout en haut de la pile de la ministre à quelques semaines de l'examen de la loi de finances pour 2018..
"Sur ce dossier, nous lui avons fait comprendre l'importance qu'il y a avait à maintenir une subvention pour les équipements par le CNDS, explique Marc Sanchez. Nous sommes revenus sur la genèse, quand nous étions à une enveloppe de 75 millions d'euros, qui s'est ensuite réduite à 50 millions puis à 25 millions seulement aujourd'hui."
Bref, le travail ne manque pas et, pour l'Andes, la perspective de devoir mener de front autant de batailles semble presque réjouissante. "Nous avons trouvé une ministre très engagée, avec des idées, qui nous a séduits par les initiatives qu'elle souhaite prendre et surtout par le rôle qu'elle entend jouer. Elle a la volonté, espérons qu'elle aura les moyens. C'était la première rencontre d'un partenariat qui peut être très intéressant", conclut Marc Sanchez.
 

Lire aussi