Rythmes éducatifs - Promesse de retour à la semaine de 4 jours : des maires s'impatientent


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Fotolia |

Des maires tentés par le retour à la semaine scolaire de 4 jours attendent avec impatience un signe du gouvernement. C'est qu'il leur faudrait du temps pour mener la concertation avec les parents et enseignants, préparer les contrats de travail des animateurs périscolaires, organiser l'agenda des équipements sportifs et culturels et réfléchir aussi à "l'intérêt de l'enfant"... et s'assurer de l'accord des instances académiques.

La révision des rythmes scolaires n'était pas au programme de Jean-Michel Blanquer, mardi 23 mai, pour sa première sortie comme ministre de l'Education nationale. Il avait choisi, à Creil, d'évoquer le dispositif "12 élèves par classe" en CP et CE1 de REP et REP + (voir notre article ci-dessous) et a refusé de répondre aux questions des journalistes sur cette autre promesse d'Emmanuel Macron : permettre aux maires de choisir l’organisation de la semaine d’école. Autrement dit : pouvoir revenir à la semaine des 4 jours antérieure à la réforme des rythmes scolaires engagée en 2014 sous Vincent Peillon et qui avait imposé aux 24.000 communes concernées par une école de s'adapter et de prendre en charge une nouvelle offre périscolaire.

Marseille va réfléchir "avec le monde éducatif"

Marseille évidemment, Saint-Maur-des-Fossés, Elancourt, peut-être Toulon et Royan... chaque fois, les villes annoncent qu'elles mettront en place une concertation avec les enseignants et les parents d'élèves.
Dans un communiqué du 23 mai, la ville de Marseille annonce qu'elle va réfléchir "avec le monde éducatif et dans le meilleur intérêt des élèves et de leurs parents" à "un nouvel aménagement" des activités périscolaires, "et donc de l’ensemble du temps scolaire", selon les "décisions qui seront prises par l’actuel gouvernement".

Saint-Maur attend "pour signer les contrats des intervenants"

Le maire de Saint-Maur-des-Fossés, Sylvain Berrios, a écrit au ministre pour lui demander la signature rapide du décret permettant le libre choix des communes et "de faire connaître sa décision de manière imminente". "Les services municipaux préparent la rentrée depuis plusieurs mois et attendent cette décision pour signer les contrats des intervenants municipaux sur temps scolaires et périscolaires, qui comportent le détail de leurs horaires de travail", explique-t-il. "Par ailleurs, l'ensemble des créneaux des équipements sportifs et culturels sont affectés par les rythmes scolaires, ce qui suppose de revoir les plannings rapidement". Il ajoute : "Enfin, les maires sont sondés quotidiennement par les professeurs et les familles."

Une annonce "précipitée"

Dans un communiqué du 24 mai, le député maire de Martigues, Gaby Charroux, annonce que sa ville, qui avait pris position contre la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon, "prendra le temps de la réflexion". Il estime que "au-delà de la précipitation d'une annonce de cette nature qui n'a pas été officialisée et des conséquences qu’elle entraîne pour les familles, les enseignants et les collectivités à quelques semaines du mois de septembre, ce sont les enfants qui une nouvelle fois sont les otages de choix et d’organisations de notre Société". Pour sa part, il se félicite que les "'nouvelles activités périscolaires ont non seulement été fréquentées par plus de 80% des élèves de Martigues, mais elles ont permis de nouveaux apprentissages et ont contribué à réduire un certain nombre d’inégalités dans des pratiques culturelles, sportives et de loisirs". Il annonce que "la municipalité va s’engager dans une nouvelle concertation, avec les mêmes acteurs de l’éducation des enfants, pour décider et mesurer l’évolution à donner au projet sur les temps périscolaires".

90% des collectivités impliquées

Rozenn Merrien, présidente de l'Association nationale des directeurs de l’éducation des villes et des collectivités locales (Andev) rappelle dans un communiqué que "plus de 90% des collectivités locales se sont impliquées dans l’élaboration et l’animation de projets éducatifs territoriaux (PEDT)". Que "les évolutions sont en cours, notamment dans la construction d’alliances éducatives, confortées et parfois très novatrices, au service des enfants et des jeunes" et que "la mobilisation des acteurs éducatifs (parents, enseignants, animateurs, Atsem, acteurs associatifs) est engagée sur les territoires".
Dans une interview accordée à Localtis en décembre dernier, Rozenn Merrien assurait qu'il y avait "un consensus sur l'absolue nécessité de ne pas remettre en cause le travail engagé sur les rythmes scolaires" (voir notre article ci-dessous).

Un temps de discussion un peu court ?

D'après les premières déclarations de Jean-Michel Blanquer (voir notre article du 22 mai), il semble que l'adoption d'autres rythmes supposerait un accord des instances académiques, des écoles et de la municipalité, donc un temps de discussion tel que ce sera difficilement possible, sauf exception, dès cette rentrée. Il ne serait plus question d'un décret publié cet été pour une application dès la rentrée 2017. La mesure serait désormais prévue "pour la rentrée 2018". Les maires impatients pourraient revenir à la semaine de 4 jours dès la rentrée prochaine, mais dans le cadre d'expérimentations. Elles seraient destinées uniquement aux "maires volontaires", en concertation avec les enseignants et les parents.

Une proposition de loi en 2013

Pour rappel, une proposition de loi, déposée en octobre 2013 par le député Xavier Bertrand et rejetée en décembre, visait à "permettre le libre choix des maires concernant les rythmes scolaires dans l’enseignement du premier degré". Le texte était présenté par plus de 90 députés de l'opposition d'alors. L'article 1 proposait que "avant toute modification des rythmes scolaires, les maires sont tenus de consulter les conseils d’écoles concernés, les professeurs des écoles de premier degré, les représentants des parents d’élèves ainsi que le directeur académique des services de l’Education nationale et les inspecteurs de l’Education nationale". Ensuite, "après avis de l’autorité scolaire responsable", le maire pourrait "modifier les heures d’entrée et de sortie des établissements d’enseignement en raison des circonstances locales".

Lire aussi