Très haut débit - Le FttH et la 4G progressent sur tous les territoires


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Fotolia |

L'Arcep a rendu publiques, jeudi 18 mai, ses dernières observations sur le marché français des télécommunications et sur l'état de la couverture mobile en zones peu denses. Des statistiques qui, globalement, abondent vers une disponibilité et une adoption croissantes du très haut débit. Notamment, les taux de couverture en 4G des zones peu denses, qui correspondent à 18% de la population française, ont été expertisés et se révèlent satisfaisants.

La fibre optique de bout en bout, ou FttH, est en train de devenir la locomotive du marché de l'internet fixe en France. En 2016, ces offres ont fait l'objet de 740.000 nouveaux abonnements ; ce qui correspond à une augmentation proche de 50%, le nombre d'abonnements total s'élevant désormais à 2,2 millions. Point marquant, cette progression est bien plus forte que ce qu'on peut observer sur la même période pour les lignes cuivre les plus performantes (VDSL2) et pour le réseau câblé rénové (fibre optique à terminaison coaxiale, ou FttB). Ces données ne manqueront pas de conforter ceux qui pensent que l'aménagement numérique du territoire doit, en priorité, passer par un déploiement massif de la fibre optique jusqu'à l'habitant et aux entreprises.

La 4G progresse, même en zone rurale

Du côté du mobile, l'Arcep est, depuis un an et demi, très attentive au respect des obligations des déploiements des opérateurs dans les zones les moins denses du territoire. Le programme "zones blanches - centres-bourgs" avance bon train et a récemment été complété (voir notre article du 15 mai 2017). En trois mois, le taux de couverture en internet mobile des centres-bourgs concernés a augmenté, passant de 75% à 82%.
Surtout, c'est la 4G qui retient l'attention. Orange, SFR et Bouygues-Telecom étaient tenus de couvrir 40% de la population d'une zone dite "peu dense", représentant 18% de la démographie française mais 63% de la superficie totale du territoire national. Les déploiements ont une nouvelle fois bondi. Chez SFR, le taux de couverture de la population de cette zone est passé de 50%, à 66%. Orange ferme le peloton avec 57% de couverture.
Enfin, l'Arcep a rendu publique une série de campagnes de mesure, destinées à vérifier la fiabilité des données de couverture 4G fournies par les opérateurs. Le prestataire chargé des mesures a arpenté bon nombre de zones dites peu denses, dans l'Aube, le Cher, la Charente, la Dordogne ou encore la Côte-d'Or. Les taux de couverture affichés par Bouygues et SFR attestent tous deux d'une fiabilité toujours supérieure à 99%. Orange ne tombe pas en-dessous des 96% ; tous remplissent leurs obligations réglementaires.
Ainsi, la transition de l'ensemble du territoire vers le très haut débit mobile semble s'annoncer sous les meilleures auspices. La concurrence acharnée que se livrent les opérateurs sur le terrain des déploiements, notamment pour couvrir les principaux sites touristiques, devrait permettre un maintien de cette bonne dynamique. Une nouvelle encourageante pour l'attractivité et la connectivité des territoires.


Pour aller plus loin

Lire aussi