Prévention des attentats - Un guide sur la sécurité des événements et des sites culturels

© S. Lambert / Haytham / REA |

Les ministères de la Culture et de l'Intérieur mettent en ligne un guide pour "Gérer la sûreté et la sécurité des événements et sites culturels". Cette publication marque l'aboutissement d'une démarche engagée par Audrey Azoulay et Bernard Cazeneuve - alors ministre de l'Intérieur - en juillet dernier, avec le lancement d'une mission pour la sécurité des manifestations culturelles, confiée au préfet Hubert Weigel, ancien inspecteur général de la police nationale et directeur central des CRS (voir notre article ci-dessous du 6 juillet 2016). Cette mission succédait elle-même à une vaste enquête par questionnaire en vue d'établir un diagnostic de la sécurité des "lieux de spectacle", après l'attentat du Bataclan (voir notre article ci-dessous du 15 avril 2016).

Fiches techniques et auto-évaluation

Entretemps, un certain nombre de mesures ont déjà été prises pour renforcer la protection des sites touristiques, qui sont aussi, pour une bonne part d'entre eux, des sites culturels (voir notre article ci-dessous du 27 mars 2017).
Fort de 170 pages, le guide se veut un outil de travail pour tous les professionnels du secteur. Malgré une maquette et une iconographie très vieillottes qui rappellent les vieux manuels scolaires et cadrent mal avec l'univers culturel, le document, réalisé sous l'égide du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), s'efforce de développer une approche pédagogique vis-à-vis des responsables de lieux culturels et organisateurs d'événements, sans toujours y parvenir. Il se présente non pas comme un document normatif, mais comme un référentiel de bonnes pratiques, qui "prend également en compte les expériences acquises par nos voisins européens en matière de lutte contre les attentats, ainsi que le témoignage de plusieurs préfets et celui des professionnels de la sécurité".
Sa première partie est consacrée à des fiches techniques et grilles d'auto-évaluation, organisées en plusieurs thématiques (se préparer, prévenir, réagir). Les thèmes abordés vont des contrôles d'accès aux attaques NRBC (nucléaires, radiologiques, bactériologiques, chimiques), en passant par la fiabilité du personnel, les attentats suicides, les véhicules piégés, la sécurité des informations, le survol de drones, le plan d'évacuation... Cette première partie propose également des grilles d'auto-évaluation du plan de sureté des sites ou établissements, portant sur différents aspects : bonnes pratiques d'entretien des locaux, contrôle d'accès, vidéosurveillance, fouille, évacuation et confinement...

Un référentiel de 50 pages sur les cathédrales

La seconde partie est plus disparate, pour ne pas dire fourre-tout, avec un long (plus de cinquante pages !) "référentiel méthodologique de gestion de la sûreté d'un événement ou d'un site culturel
 dans les cathédrales relevant de l'Etat" et un "référentiel méthodologique de gestion de la sûreté d'un événement ou d'un site culturel 
dans les bâtiments patrimoniaux, établissements de petite taille".
Au final, le document a néanmoins le mérite d'exister et de faire prendre conscience aux responsables de sites et d'organisation de manifestations à caractère culturel - s'il en était encore besoin après les événements du Bataclan - de l'importance de prendre en compte les questions de sécurité. En revanche, et malgré les dix mois écoulés depuis le lancement de la mission, le guide reste largement perfectible en termes de praticité et de pédagogie, oscillant trop souvent entre approche très générale et considérations très techniques, voire parfois quelque peu incongrues. Par exemple, parmi les - très nombreux - indices signalant une livraison ou un colis suspect figure notamment le fait que "le rabat de l'enveloppe est entièrement collé (une lettre inoffensive comporte généralement un 
espace décollé de 3 à 5 mm dans les coins)"... 

 

Télécharger

Lire aussi