Lutte contre l'exclusion - Les CCAS très engagés dans la lutte contre la précarité énergétique

© Fotolia |

L'Union nationale des centres communaux et intercommunaux d'action sociale (Unccas) publie les résultats d'une étude réalisée avec le concours d'EDF Collectivités et intitulée "Précarité énergétique - Comment les CCAS/Cias agissent, de l'accès aux droits à l'accompagnement global". L'enquête a été réalisée sur la base de l'exploitation de 883 questionnaires (849 CCAS et 34 Cias) administrés entre mai et juillet 2016, représentant un taux de retour de 22%. L'échantillon comprend notamment 40% de collectivités de moins de 10.000 habitants et 37% de plus de 50.000 habitants.

L'énergie, second motif des demandes auprès des CCAS

Signe de la montée de la précarité énergétique, les frais d'énergie sont le second motif de demande d'aide auprès des CCAS. La lutte contre ce phénomène commence par la connaissance et l'exploitation des dispositifs existants : 72% des CCAS s'assurent systématiquement que les personnes qui leur demandent de l'aide à ce titre bénéficient des tarifs sociaux si elles y sont éligibles. En revanche, à la date de l'étude, seules 36% des structures connaissaient le dispositif des chèques énergie.
Cette implication se traduit aussi par le fait que 41% des CCAS participent à la pré-instruction des dossiers FSL (fonds de solidarité logement), proportion qui monte à 81% dans les collectivités de 20.000 à 50.000 habitants). Par ailleurs, 28% des CCAS abondent le fonds FSL et 12% participent aux commissions d'attribution.

Huit CCAS sur dix accordent des aides à l'énergie

Les CCAS ne se contentent pas de solliciter le FSL : huit sur dix accordent également des aides sur leur budget propre (76% dans les villes de moins de 5.000 habitants, 94% dans celles de plus de 50.000). Ces aides sont, le plus souvent, conçues en articulation avec le FSL. Parmi les CCAS ou Cias qui attribuent des aides financières à l'énergie, 98% le font pour aider à la prise en charge d'un impayé (électricité et gaz naturel), 90% pour l'aide au paiement d'une facture ou d'un impayé d'eau, 68% pour l'aide au paiement d'une facture d'électricité ou de gaz, 54% pour l'aide à l'achat de fuel...
Le taux d'octroi moyen de ces aides (par rapport aux demandes) est de 82%, avec en moyenne 1,3 aide par demande. Sur l'ensemble du réseau des CCAS et Cias, ces chiffres aboutissent à un total de 160.000 aides à l'énergie pour 122.000 ménages. Le budget moyen consacré par un CCAS aux aides à l'énergie est de 5.220 euros avec, bien sûr, de forts écarts selon la taille de la structure. Cette moyenne aboutit à un total de 16,8 millions d'euros pour l'ensemble des CCAS. Pour sa part, le montant moyen d'une aide à l'énergie est de 106 euros, soit 138 euros par an et par ménage aidé.

Accompagner avec les partenaires

L'intervention ne se limite pas à l'octroi d'aides financières, mais comporte aussi un accompagnement social, proposé par huit CCAS sur dix. De même, neuf CCAS sur dix disent encourager à la mensualisation des factures d'énergie et six sur dix indiquent mener aussi d'autres actions d'accompagnement (lecture des factures d'énergie, actions collectives de sensibilisation, accompagnement à des travaux...).
Les CCAS soulignent aussi l'importance des relations avec les fournisseurs d'énergie : 66% d'entre eux disposent de coordonnées de correspondants locaux pour EDF et 34% pour Engie. De même, 62% des CCAS disent exploiter les listes transmises par les fournisseurs d'énergie. Ces partenariats peuvent aller au-delà du traitement des situations individuelles et englober aussi d'autres actions menées avec les fournisseurs : sensibilisation aux économies d'énergie, distribution de kits énergie...
Au-delà des fournisseurs et des départements (pour le FSL), les CCAS développent aussi des actions avec d'autres partenaires pour lutter contre la précarité énergétique : bailleurs sociaux (55% des CCAS), associations (47%), Adil (31%), points info énergie (15%)...
 

Pour aller plus loin

Lire aussi