Transition énergétique - Energies renouvelables en Europe : la France encore loin de ses objectifs


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Fotolia |

Avec seulement 15,2% d'énergies renouvelables (ENR) dans sa consommation finale brute d'énergie en 2015, la France est en dessous de la moyenne européenne, selon des données publiées par Eurostat ce 14 mars. Avec les Pays-Bas, elle est aussi le pays le plus éloigné des objectifs qui lui ont été assignés dans le cadre de la stratégie Europe 2020, qui prévoit pour l'Hexagone 23% d'ENR à l'horizon 2020.

En 2015, la part de l’énergie provenant de sources renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie a atteint 16,7% dans l’Union européenne (UE), soit près du double de son niveau de 2004, selon des données publiées par Eurostat ce 14 mars. L’UE se rapproche de l’objectifs des 20% qu’elle s’est fixé à l’horizon 2020 mais les différents Etats membres présentent des situations très contrastées, même si en un peu plus de dix ans, la part des énergies renouvelables (ENR) s’est considérablement accrue partout. La Suède reste de loin la championne des énergies renouvelables : celles-ci représentent plus de la moitié (53,9%) de sa consommation finale brute d’énergie. Viennent ensuite la Finlande (39,3%), la Lettonie (37,6%), l’Autriche (33%) et le Danemark (30,8%). A l’inverse, les pays où la part des énergies renouvelables reste la plus faible sont le Luxembourg et Malte (5% chacun), les Pays-Bas (5,8%), la Belgique (7,9%) et le Royaume-Uni (8,2%).
Avec une proportion de 15,2%, la France est en dessous de la moyenne : elle fait un peu mieux que l’Allemagne (14,6%) et quasiment jeu égal avec la République tchèque (15,1%), et la Grèce (15,4%). Outre les Etats les plus avancés en matière d’ENR, elle est aussi largement distancée par des pays comme la Croatie (29%), l’Estonie (28,6%) ou le Portugal (28%). 

Objectifs nationaux pour 2020 : 11 pays déjà au niveau

Par rapport à la Stratégie 2020 de l’UE, chaque Etat membre a son propre objectif. Ces objectifs nationaux, qui sont contraignants, tiennent compte des situations de départ ainsi que des potentiels d’ENR et des performances économiques propres à chacun. Au sein des 28, 11 pays ont déjà atteint le niveau requis pour réaliser leurs objectifs nationaux 2020 respectifs : la Bulgarie, la République tchèque, le Danemark, l’Estonie, la Croatie, l’Italie, la Lituanie, la Hongrie, la Roumanie, la Finlande et la Suède. Les pays aujourd’hui les plus éloignés de leurs objectifs sont les Pays-Bas (à 8,2 points de pourcentage de leur objectif national 2020), la France (à 7,8 points), l’Irlande et le Royaume-Uni (à 6,8 points chacun) et le Luxembourg à 6 points.
Selon les données du Commissariat général au développement durable (CGDD) mises à jour le 24 février 2017, la France n’a réalisé que 83% de l’objectif 2015 selon la trajectoire qui doit lui permettre d’atteindre son objectif de 23% en 2020 : elle est un peu moins en retard pour l’électricité (87% de l’objectif réalisé avec seulement 65% sur l’éolien du fait du retard que connaît l’offshore) que pour le chauffage (76% de l’objectif réalisé). Les progrès les plus forts en termes de production primaire d’énergies renouvelables proviennent de la biomasse solide (9.501 ktep, en hausse de 470 ktep par rapport à 2014), des pompes à chaleur (1.844 ktep, +267 ktep), de l’éolien (1.836 ktep, +347 ktep), du photovoltaïque (666 ktep, +116 ktep) et du biogaz (577 ktep, + 86 ktep). L’hydraulique est par contre en baisse, avec 4.786 ktep, contre 5.484 ktep en 2014.
 

Lire aussi