Culture / Tourisme - Patrimoine mondial : la chaîne des Puys va pouvoir retenter sa chance


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Chaîne des Puys
© Fotolia / Jacky Jeannet | Chaîne des Puys

Nouvel épisode dans le feuilleton de la candidature de la chaîne des Puys et de la faille de Limagne à l'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco (voir nos articles ci-dessous). Laurent Stefanini, ambassadeur et délégué permanent de la France auprès de l'Unesco, vient d'annoncer que cette candidature pourrait être examinée lors de la session du comité du patrimoine mondial à l'été 2018, avec celles de "Nîmes, l'Antiquité au présent" et des "Sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale (front ouest)", déjà sélectionnées pour cette session.

Déjà deux candidatures écartées

Cette annonce est intervenue à l'occasion d'une séance de travail à l'hôtel du département du Puy-de-Dôme, en présence de l'ambassadeur, ainsi que des représentants de l'Etat dans la région et du parc naturel des Volcans d'Auvergne. Laurent Stefanini a affirmé que "la chaîne des Puys-Faille de Limagne est en tête de nos priorités. Le dossier est très convaincant".
De son côté, "le département du Puy-de-Dôme, en lien étroit avec le ministère de l'Environnement et la délégation française auprès de l'Unesco, poursuit donc le travail engagé au niveau local, national et international dans la perspective d'un nouvel examen en 2018".
La candidature de la chaîne des Puys a connu de nombreuses vicissitudes. Le dossier a en effet déjà été rejeté à deux reprises par le comité du patrimoine mondial, en 2014 et en 2016 (voir nos article ci-dessous). En 2014, le dossier de candidature avait fait l'objet d'un rapport très négatif de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), chargée par l'Unesco d'instruire les dossiers portant sur des sites naturels (voir notre article ci-dessous du 6 mai 2014). Le rapport de l'UICN jugeait notamment le site "agréable", mais "ni unique", "ni spectaculaire". Au final, l'UICN avait estimé qu'"un grand nombre d'évaluateurs ont estimé que ce bien n'a pas de valeur universelle exceptionnelle en tant que bien naturel du patrimoine mondial". Et, en 2016, la candidature du site avait à nouveau été écartée, en des termes toutefois moins sévères.

Vers un choix cornélien...

Le département du Puy-de-Dôme et les autres institutions associées au projet - dont la région et Clermont Communauté - estiment même que, dans sa décision de 2016, le comité du patrimoine mondial "a reconnu le potentiel de valeur universelle exceptionnelle du site de la Chaîne des Puys-faille de Limagne", tout en demandant un certain nombre de compléments au dossier.
Fort de cet encouragement, les promoteurs de la candidature vont donc retravailler notamment la question des carrières d'extraction et le plan de gestion du site, en lien avec le ministère de l'Environnement et la délégation française auprès de l'Unesco.
Il reste qu'il semble peu probable que, face à un afflux croissant de candidatures - émanant en particulier de pays en développement moins biens servis au cours des dernières décennies - le comité du patrimoine mondial accepte dans la même session trois candidatures présentées par un même pays développé (même si la candidature des sites funéraires et mémoriels de 1914-1918 associe aussi la Belgique). Ce dernier dossier étant très lié au centième anniversaire de l'Armistice en 2018, l'Unesco - ou la France - pourraient donc être amenés à choisir entre Nîmes et la chaîne des Puys...


Pour aller plus loin

Lire aussi