Culture - Vingt-trois grandes institutions nationales s'engagent dans les quartiers


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Jeunes des Mureaux, projet chorégraphique sur le château de Versailles
© MOOD/RV6K / Château de Versailles | Jeunes des Mureaux, projet chorégraphique sur le château de Versailles

Le 14 février 2017, huit nouvelles conventions de partenariat ont été signées par de grandes institutions culturelles d'Ile-de-France avec des zones de sécurité prioritaire (ZSP) franciliennes, sous l'égide du ministère de la Culture et de la Communication et de celui de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Cet accord complète les treize conventions du même type déjà signées en juillet dernier. Au total, ce sont ainsi 23 établissements culturels nationaux qui s'engagent en faveur de 21 ZSP d'Ile-de-France.

Un volet du Grand Paris

Il s'agit en l'occurrence de la mise en œuvre d'une annonce de Manuel Valls lors du comité interministériel du Grand Paris le 15 octobre 2015, sur proposition du préfet d'Ile-de-France, préfet de Paris, Jean-François Carenco (voir nos articles ci-contre des 12 et 19 octobre 2015). L'objectif est de favoriser l'accès de tous à la culture, de développer l'éducation artistique et culturelle, d'encourager la démocratisation culturelle... Pour Jean-François Carenco, "au mois de juillet dernier, nous avions passé la première étape de ces partenariats en signant les conventions. Aujourd'hui, elles prennent vie".
Parmi les conventions - détaillées dans le dossier publié par les ministères de la Culture et de la Ville -, on peut retenir notamment l'exemple du musée d'Orsay et de la ville de Mantes (Yvelines) autour d'un projet d'apprentissage de la photographie, celui de la Bibliothèque nationale de France et du quartier Saint-Blaise (Paris 20e) autour d'un projet plaçant le chant au cœur de l'expression de soi, celui de Radio France et du théâtre des Amandiers de Nanterre s'associant aux villes d'Asnières, Gennevilliers et Colombes (Hauts-de-Seine) autour d'une collecte de sons, la basilique de Saint-Denis et la ville de Saint-Denis autour de la rencontre artistique entre les habitants et le célèbre édifice, ou encore le théâtre national de Chaillot et le quartier de la Goutte d'or (Paris 18e) autour d'un projet pluridisciplinaire destiné à valoriser la participation à une action collective : recomposer une fresque de Brueghel.
L'opération implique aussi des institutions culturelles un peu moins connues que ces grands noms. C'est le cas, par exemple, du partenariat entre la Création vocale et scénique d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et les villes de Louvres et de Fosses (Val -d'Oise) autour d'un projet portant sur une création vocale et scénique, ou de celui de la Ferme du Buisson et du château de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) avec quatre quartiers de Torcy autour d'un projet d'habillage de l'espace public.
Pour Audrey Azoulay, la ministre de la Culture, le pari de cette opération originale - et inhabituelle par son ampleur - est de "rapprocher la culture de ceux qui en sont éloignés, leur donner à voir un autre possible grâce à l'art, à la culture et aux créateurs, mais en même temps, apprendre de la richesse que ces quartiers nous offrent et répondre aux aspirations de la jeunesse dans toute sa diversité".