Territoires Conseils

Le cheval au service du canal de Nantes à Brest (29)

cheval

Le syndicat mixte chargé de l’entretien de la partie finistérienne du canal de Nantes à Brest utilise désormais un cheval de trait pour réaliser les travaux d’entretien courant durant la belle saison. Ce moyen de locomotion durable fait appel aux ressources locales, redonne confiance aux salariés du chantier d’insertion du syndicat, crée du lien avec les touristes, promeut une race locale de cheval.

Depuis sa création en 1973, le syndicat mixte d’aménagement touristique de l’Aulne et de l’Hyères (Smatah), qui regroupe 22 communes riveraines et le conseil général du Finistère, assure l’exploitation des 100 km de voie d’eau de la partie finistérienne du Canal de Nantes à Brest. Jusqu’en 2010, chaque lundi, deux techniciens parcouraient en fourgon 80 km de halage pour vider les poubelles et s’assurer que tout était en place : signalétique, petit mobilier, absence d’obstacles sur la voie... Le reste de la semaine, ils assuraient les petits travaux repérés. Lors d’une des réunions qu’organise régulièrement le Smatah avec les acteurs du canal (professionnels, collectivités, habitants...), il a été proposé que le véhicule soit remplacé par une carriole tractée par un âne. Les objectifs étaient de soutenir l’activité d’une asinerie locale et d’engager un entretien plus durable du canal. "Le chemin de halage, aujourd’hui majoritairement recouvert de bitume, sera progressivement recouvert de sable pour faire fonction de véloroute. Il sera donc plus fragile, et nous cherchions à limiter le passage de véhicules motorisés", explique le directeur du syndicat mixte, Christophe Hériaud.

Une réorganisation intégrant un chantier d’insertion

Désormais, cinq équipes hippomobiles - constituées de volontaires du chantier d’insertion géré par le Smalah - accompagnés d’un encadrant, parcourent chaque une semaine, et en cinq étapes, les 80 km du chemin de halage pour réaliser le petit entretien au fur et à mesure. Le véhicule motorisé n’est pas totalement banni : à chaque étape, il faut s’organiser pour qu’un véhicule puisse ramener les équipes vers leur point de départ ; de plus, les travaux plus importants (maçonnerie, métallerie...) sont toujours assurés par des techniciens circulant dans des véhicules motorisés.

Passer de l’âne au cheval de trait breton

Rapidement, l’âne, harnaché à une carriole fabriquée par les techniciens du Smalah, s’est avéré insuffisamment résistant pour parcourir les distances, malgré le repos quotidien entre chaque étape. Il est désormais remplacé par un cheval de la race du "trait breton". Un premier animal a été loué au parc naturel régional d’Armorique, durant la saison estivale 2011 pour une période test. En 2012, la décision est prise d’en acquérir un auprès d’un élevage proche qui l’a préparé. L’éleveur s’est chargé également de la formation de l’encadrant à la direction et aux soins de l’animal. Cette étape a été accompagnée par les conseils d’une toute nouvelle association régionale "Faire à cheval" qui promeut les nouveaux usages du cheval notamment auprès des collectivités et qui a évité les tâtonnements du début.

Un "plus" pour le tourisme, les parcours d’insertion et la race Trait breton

Entre novembre et mars, le véhicule hippomobile ne circule pas. L’été, son activité est un peu ralentie par la curiosité des promeneurs et des cyclistes, "mais cela fait aussi partie de notre mission". Ce lien entre les équipes et les usagers du canal est un vrai "plus" pour sa fréquentation touristique en progression constante. Cette initiative redonne en outre confiance aux personnes en insertion et contribue à la sauvegarde de la race du trait breton.

Lucile Vilboux / Acteur Rural / pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

BUDGET
L’investissement s’élève à 3.500 euros pour le cheval, 3.000 euros pour le petit matériel (collier, harnais...), 2.000 euros pour le char à banc (adapté ensuite par les techniciens du Smalah), 2.000 euros pour la formation (une quinzaine de jours) et 3.000 euros pour des frais divers (vétérinaires, maréchalerie...). La prise en charge s’effectue en partie par le budget du chantier d’insertion (conseil général, CAF, ASP...) et en autofinancement. "Il est trop tôt pour savoir si cette solution est plus ou moins coûteuse que lorsque nous utilisions un fourgon. Mais j’ai tout de même le sentiment que ce n’est pas plus cher, car l’achat et l’entretien d’un véhicule est un budget important."

 

Contacts

Syndicat mixte d'aménagement touristique de l'Aulne et de l'Hyères (Smatah)
Maison éclusière de Bizernig
29520 Châteauneuf-du-Faou


Tél. :02 98 73 40 31
Fax : 02 98 73 40 39
Courriel : contact@smatah.fr
Nombre d'habitants : 41000
Nombre de communes : 22
Site officiel : http://www.smatah.fr
Nom de la commune la plus peuplée : Carhaix-Plouguer (8219 hab.)



Lire aussi