Politique de la ville - L'édition 2016 des Talents des cités récompense deux projets dans l'air du temps

Les grands prix spéciaux de l'édition 2016 des Talents des cités reviennent à un créateur de 35 ans originaire de Villiers-le-Bel, dont l'entreprise implantée à la Courneuve roule sur le créneau de l'hyper mobilité via le roller skate, et à un duo surfant sur la vague des nouvelles technologies avec l'ouverture d'un "atelier numérique" destiné aux jeunes du quartier Planoise de Besançon.

A l'occasion de la 15e édition du concours Talents des cités qui s'est déroulée dans la soirée du 22 novembre au Sénat, deux créateurs d'entreprise issus de quartiers prioritaires de la politique de la ville ont reçu les deux grands prix spéciaux.
Le "Grand Prix Talents des cités" 2016 a été décerné à Florian Gravier, 35 ans, pour son entreprise Flaneurz lancée en 2014 dans la pépinière d'entreprises de La Courneuve. Avec trois associés de 29, 35 et 39 ans, il conçoit, fabrique et commercialise "On Wheelz", une gamme de rollers détachables qui s'ajustent à toutes les chaussures. Florian Gravier, originaire de Villiers-le-Bel, est titulaire d'un master Conception et organisation d'évènements et d'un CAP Cuisine.
La "Mention spéciale" 2016, qui récompense un projet présentant une dimension citoyenne exemplaire, a été remise à Azouz Manaï (40 ans) et Malika Zebbiche (52 ans), pour "Fabrikaweb kids" (notre photo). Créé dans le quartier Planoise de Besançon, cet atelier numérique s'adresse aux jeunes de 7 à 17 ans, "cette génération Z (qui) a grandi avec les tablettes, téléphones portables et jeux vidéos" mais qui "maîtrise rarement ses mécanismes et n'est pas à l'abri des dangers du web". Le lieu accueillera des publics scolaires et périscolaires, dans le cadre de stages, pour les former à l'informatique, les initier au fonctionnement du numérique, et leur enseigner le code via une approche "ludo-pédagogique". Azouz Manaï entend développer la créativité des jeunes, mais aussi participer à la lutte contre le décrochage scolaire et peut-être susciter des vocations. Lui-même est titulaire d'un master 2 Ingénieur e-learning et a pris la direction en 2014 de l'Ecole supérieure de communication d'informatique et de gestion (ESCIG) de Besançon.
Pour rappel, le concours Talents des cités est organisé par BGE (le réseau des boutiques de gestion) sous l'égide du ministère de la Ville et du Sénat avec le soutien de la Caisse des Dépôts, de l'Agence France Entrepreneur et de partenaires publics et privés (*). "Acteurs du développement économique et de la création d'emploi dans ces quartiers, ces créateurs d'activités sont les porte-drapeaux du dynamisme et de l'esprit d'initiative et de résilience des habitants de ces territoires", se félicitent les organisateurs du prix. Pour être éligibles au concours, les candidats doivent en effet proposer un projet d'entreprise qui "repose sur une activité créatrice de valeur économique et d'emplois dans ces quartiers", sans être nécessairement eux-mêmes habitants ou originaires de ces quartiers.
La communauté des lauréats de Talents des cités regroupe aujourd'hui 570 créateurs d'entreprise. Parmi elles, 355 sont toujours activités et représentent 2.650 emplois.

Lire aussi