Administration numérique - "Territoire numérique libre", un label pour récompenser les collectivités impliquées dans le logiciel libre


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

L'Adullact lance sa première campagne de labellisation autour du logiciel libre dans les collectivités. Dans un contexte global de plus en plus porté vers le libre, le label "Territoire numérique libre" entend récompenser l'engagement des acteurs publics dans les territoires.

En lançant le label "Territoire numérique libre", l'Adullact (1) entend donner de la visibilité aux collectivités engagées dans la voie du logiciel libre. Plus largement, c'est l'ensemble des usages propres au libre comme l'open data, les formats ouverts ou le collaboratif que l'association souhaite promouvoir. Organisé en cinq niveaux, ce label récompense les collectivités à différents stades de leur engagement. Le niveau 1 correspond par exemple à "un premier pas confirmé dans la découverte et l'usage de logiciels libres", là où le niveau 5 traduit un "niveau élevé d'utilisation et de promotion du logiciel libre", des choix forts en matière d'ouverture des données et une "implication avérée dans la communauté du libre". Ce label est attribuée de manière définitive, mais les collectivités peuvent candidater autant qu'elles le souhaitent ; gratuitement et sans avoir à adhérer préalablement à l'association.
Pour candidater, les collectivités (villes, EPCI, départements ou régions) intéressées doivent remplir un questionnaire en ligne avant le 30 septembre prochain afin d'évaluer leur niveau. Concrètement, ces questions souvent fermées touchent aux formats et aux logiciels utilisés, à leur implication dans l'écosystème du libre ou encore à l'open data. Portée par un élu et un référent, la candidature est ensuite examinée par un jury composé de personnalités issues à la fois du monde des collectivités et du logiciel libre. Quant aux résultats, ils seront annoncés à l'occasion du Paris Open Source Summit 2016 le 15 novembre prochain.
Ce label est bien dans l'air du temps puisque les parlementaires ont profité du projet de loi pour une République numérique pour insuffler un mouvement du "libre" au sein des administrations. Validé en commission mixte paritaire fin juin, l'article 9 ter stipule ainsi que les administrations "encouragent l'utilisation des logiciels libres et des formats ouverts lors du développement, de l'achat ou de l'utilisation, de tout ou partie, de ces systèmes d'information".

I.E. / EVS

(1) Créée en 2002, l'Association des développeurs et des utilisateurs de logiciels libres pour l'administration et les collectivités territoriales (Adullact) soutien le développement du "libre" dans les administrations publiques par un travail de promotion, de développement et de mutualisation des logiciels libres au sein des collectivités et de l'Etat.


Pour aller plus loin

Lire aussi