Administration numérique - Le dispositif France Connect monte en puissance

Expérimentée depuis septembre dernier, la plateforme France Connect continue de grandir. Après la DGFIP (Direction générale des finances publiques) et en attendant l'Assurance Maladie (Ameli), le Groupe La Poste devient le second fournisseur d'identité du service web. Grâce à l'identifiant "LOGGIN" du Groupe La Poste, et à l'image de ce qui était déjà possible avec les identifiants de leur compte fiscal, les usagers pourront se connecter à l'ensemble de leurs services publics en ligne avec ce nouveau service d'identité numérique.

"LOGGIN", une identité numérique vérifiée par le facteur

Les usagers France Connect peuvent désormais créer un compte "LOGGIN". Après avoir renseigné un formulaire en ligne permettant de créer en ligne leur identité numérique, les usagers devront à nouveau la faire valider, physiquement cette fois, auprès de leur facteur, carte d'identité à l'appui. La participation du Groupe La Poste en tant que fournisseur d'identité présente un double intérêt. Tout d'abord le dispositif bénéficie du capital confiance élevé dont jouit le groupe, notamment grâce à sa forte présence de proximité et d'une image de neutralité dont bénéficient moins les administrations centrales telles que la DGFIP. Ensuite, côté Poste, l'opérateur renforce sa stratégie numérique en simplifiant l'accès des utilisateurs à ses propres services numériques. Au-delà de la question des fournisseurs d'identité, dont le nombre devrait croître avec la généralisation du dispositif France Connect début 2016, se pose la question des usages et des usagers.

Les prochaines pistes de travail de France Connect

Actuellement en test – comme sur le site "faire-simple.gouv.fr", dans le département des Alpes-Maritimes ou très prochainement à Nîmes et Bordeaux –, France Connect est récemment entré dans une phase de déploiement. Le plateau de travail a pour cela été réorganisé autour de trois priorités : rallier le plus grand nombre de services en ligne possible, préparer l'industrialisation du support et réfléchir aux futurs usages et services. Parmi les pistes actuellement débattues au sein de la DINSIC et de ses différents OpenLab, la première vise à étendre le périmètre de France Connect. Tout d'abord au niveau des publics cibles. Ainsi le dispositif qui s'adressait uniquement aux particuliers va être étendu aux entreprises par le biais de "France Connect Entreprise", dont l'expérimentation doit débuter à partir de novembre. Ensuite au niveau des acteurs associés au projet : le développement de France Connect pourrait passer par la mise à disposition du service web à l'ensemble des acteurs privés proposant des services en ligne nécessitant une authentification. Ces derniers proposeraient le bouton France Connect sur leur site afin de faciliter la connexion de l'usager. Les démarches seraient également simplifiées puisque, après avoir obtenu le consentement de l'usager, les entreprises pourraient, avec cette ouverture, récupérer des informations administratives sur la personne directement auprès des administrations publiques concernées.
 

Lire aussi