Territoires - Agriculture bio : une aide complémentaire sera débloquée "dans le courant de l'été"

La colère des agriculteurs bio - qui ont vu leurs aides au maintien baisser de 25% par un arrêté du 7 mars - a conduit le ministère de l'Agriculture à rétropédaler : une aide complémentaire sera bien débloquée d'ici l'été pour compenser cette coupe.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé, mardi 17 mars que des moyens complémentaires seraient alloués à l'agriculture biologique. Ces moyens seront versés "d'ici la fin de l'été", précise un communiqué du ministère.
Cette décision intervient au moment où, dans 17 régions, de nombreux agriculteurs bio manifestaient à l'appel de la Fédération nationale de l'agriculture biologique (Fnab) mardi 17 mars, pour dénoncer une réduction de leurs aides. Un arrêté publié le 7 mars 2015 a en effet prévu d'amputer de 25% les aides au maintien à l'agriculture bio pour la récolte 2014. Aides que les agriculteurs attendaient depuis fin 2014. Les aides à la conversion, elles, n'ont pas été touchées. Le mécontentement était d'autant plus vif chez les agriculteurs que l'arrêté en question est daté du 27 février, le jour même où Stéphane Le Foll signait un nouveau contrat d'objectifs et de performance avec l'Agence Bio, en plein salon de l'Agriculture !
Le ministère se justifie aujourd'hui en expliquant que l'arrêté est lié "à la progression exceptionnelle des surfaces en agriculture biologique en 2014". "L'enveloppe d'aides mobilisée, bien qu'en augmentation de 16 millions d'euros (passant de 87 millions en 2013 à 103 en 2014, conformément aux engagements du Programme Ambition bio), ne permettait pas de répondre à l'ensemble des demandes au niveau maximum", précise-t-elle. Compte tenu de l'augmentation de la surface en bio, le montant total des aides au maintien s'élevait à 117 millions d'euros, contre les 103 millions d'euros programmés, soit un déficit à couvrir de 14 millions d'euros à couvrir. D'où cette coupe franche de 25% prévue dans un premier temps par le gouvernement, avant de rétropédaler.
"En cohérence avec son objectif de soutenir le développement de l'agriculture biologique, le ministre annonce donc le déblocage de moyens complémentaires permettant d'aider chaque agriculteur bio au niveau prévu initialement pour 2014", assure le ministère pour calmer la grogne des agriculteurs. Stéphane Le Foll dit vouloir "envoyer un message de confiance à la filière en garantissant le niveau d'aide prévu", malgré les contraintes budgétaires qui pèsent sur le gouvernement. Le communiqué ne précise cependant pas le montant des montants complémentaires qui seront alloués ni s'ils seront pérennisés.
Aussi la présidente de la Fnab, Stéphanie Pageot, s'est-elle félicitée auprès de l'AFP de "la juste réparation d'une décision inappropriée" tout en nourrissant "des inquiétudes sur la pérennité de ces aides".
Le ministère fait montre de bonne volonté et rappelle que, depuis 2012, le développement du bio est une de ses priorités. "C'est le sens du Plan Ambition bio 2017 présenté en 2013 dont l'objectif est le doublement des surfaces en bio d'ici 2017." Sur la période 2015-2020, la réforme de la PAC permettra selon lui un doublement des aides au bio (maintien et conversion) qui passeront à 180 millions d'euros en 2020, soit une moyenne annuelle de 160 millions d'euros par an.

Michel Tendil

Référence : arrêté du 27 février 2015 fixant pour la campagne 2014 le coefficient stabilisateur relatif au volet maintien du soutien direct à l'agriculture biologique, JO du 7 mars 2015.

Lire aussi