Démocratie participative - La revue Urbanisme réinterroge les enjeux et les formes de la démocratie participative


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

A quelques jours des élections municipales, le nouveau numéro de la revue Urbanisme rouvre le dossier de la démocratie participative sous le titre "Participation ou empowerment ?"

A quelques jours des élections municipales, le nouveau numéro de la revue Urbanisme rouvre le dossier de la démocratie participative sous le titre "Participation ou empowerment ?", en comparant la tradition républicaine française et la culture démocratique nord-américaine. A l'heure où la loi Lamy sur la politique de la ville vient de consacrer la notion de "coconstruction avec les habitants" (voir ci-contre notre article du 19 mars), le sujet, qui interpelle directement les élus locaux, est l'occasion de revenir, avec Hélène Hatzfeld, aux sources de la participation citoyenne et de la concertation locale des années 60-70. A l'heure du pouvoir d'agir, la revue donne la parole à Marie-Hélène Bacqué et Mohamed Mechmache, auteurs d'un rapport pour le ministre délégué à la Ville sur la démocratie d'interpellation (voir nos articles de juillet et septembre 2013), qui reviennent sur leur leitmotiv : "Les initiatives habitantes sont perçues comme dérangeantes". Le sociologue Thomas Kirszbaum développe une approche plus critique de la relation entre pouvoir d'agir et politique de la ville et les raisons d'un malentendu, "la démocratie participative étant perçue par les élus comme l'instrument d'une re-légitimation dans un climat de défiance généralisée envers la représentation politique". Hélène Balazard présente les acquis des London Citizens, démarche qui inspire en France l'association Alliance citoyenne, à Grenoble. Deux présidents de conseils de développement, Marie-Christine Jaillet (Toulouse) et Jean Frébault (Grand Lyon), livrent leur vision du rôle et des pratiques de ces instances et la perception qu'en ont les élus et les habitants.
Ce dossier analyse également la manière dont les architectes et les urbanistes se repositionnent face à ces exigences participatives (Elise Macaire, Michaël Fenker et Véronique Biau, du réseau RAMAU). Il s'intéresse aussi au militantisme mémoriel des banlieues (Sylvie Groueff) et aux potentialités comme aux limites de l'habitat participatif (Stéphane Sémichon). Jean Haëntjens analyse enfin, à l'échelle mondiale, les nouvelles formes et pratiques de la gouvernance locale à l'aune des mutations en cours.


Pour aller plus loin

Lire aussi