Attractivité - Les régions désignées "chef de file de l'attractivité"


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Après en avoir fait des acteurs majeurs du développement de l'export et de l'internationalisation des entreprises, la ministre du Commerce extérieur fait des régions les champions de l'attractivité. Un processus acté lors de la signature, le 26 février 2014, des conventions de coopération entre les régions, leurs agences de développement et l'Agence française des investissements internationaux.

Les régions, leurs agences de développement et l'Afii (Agence française pour les investissements internationaux) ont renouvelé mercredi 26 février 2014 à Bercy leurs conventions de coopération. Dans ces documents signés sous le patronage de Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, les régions se voient désormais désignées "chef de file de l'attractivité". Ces conventions régissent principalement les modalités d'échanges d'informations en vue de la constitution des dossiers d'offres aux entreprises étrangères qui désirent investir en France ou y augmenter leurs capacités.
Au cabinet de la ministre, on explique que le terme "chef de file de l'attractivité" rend compte de la volonté constante du gouvernement de faire de la région un acteur du développement économique et international. Le rôle de chef de file attribué aux régions avait d'ailleurs déjà été inscrit dans la loi de modernisation de l'action publique territoriale du 27 janvier dernier, quant au développement économique, à l'innovation et à l'internationalisation des entreprises. Cette compétence devrait encore s'affirmer dans le deuxième projet de loi de décentralisation attendu pour le début du mois d'avril, avec le futur "schéma de développement économique, innovation et d'internationalisation des entreprises", qui sera rendu opposable.

Fusion de l'Afii et d'Ubifrance : les régions dans la gouvernance
 

Cette double compétence des régions, tant en matière de renforcement de l'attractivité que du développement de l'internationalisation des entreprises est formalisée une semaine après l'annonce, lors du Conseil stratégique de l'attractivité du 17 février, de la décision de fusionner l'Afii, qui a la charge de favoriser les investissements productifs en France, et d'Ubifrance, qui a celle de favoriser les exportations françaises. La future agence dont la fusion devrait être effective d'ici cet été s'appellera vraisemblablement "France International entrepreneurs". Lors de l'annonce de cette fusion, le président de la République avait annoncé que les régions seraient appelées à participer à la gouvernance de la nouvelle agence. Et, lors de la réunion de signature des conventions, le 26 février, Nicole Bricq a encouragé les représentants des régions à proposer des candidatures au conseil d'administration de la future agence.
L'année dernière, la ministre avait déjà, en diverses occasions, exprimé sa volonté de faire des régions les acteurs principaux de l'export et de l'internationalisation des entreprises, notamment en initiant les plans régionaux d'internationalisation des entreprises (Prie). A ce jour, dix-sept régions ont déjà élaboré leurs Prie. Sur la même période, elles ont financé 14% des postes de volontaires internationaux en entreprises.
Lors de la cérémonie de signature des conventions, Nicole Bricq est revenue sur les chiffres de la Cnuced parus le mois dernier, faisant état d'une baisse de 77% en 2013 des investissements étrangers en France. Elle a opposé que cette baisse était liée à la suppression d'un dispositif fiscal et concernait principalement des mouvements financiers entre entreprises de mêmes groupes. Reste que les résultats de la société Trendeo parus presque en même temps que ceux de la Cnuced font état d'une forte baisse des créations d'usines en France : 124 (-28%), bien mois que les fermetures qui ont, elles, concerné 264 sites.

Lire aussi