Dépendance - Aidants naturels : une lourde charge, mais des aspects positifs


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Pour marquer son dixième anniversaire, l'Association française des aidants (AFA) a organisé la première "Biennale des aidants". L'objectif est de faire reconnaître le rôle décisif des aidants naturels - essentiellement le conjoint et l'entourage familial - dans la prise en charge des personnes en perte d'autonomie. Cette recherche de visibilité n'est bien sûr pas étrangère à l'approche du projet de loi relatif à l'adaptation au vieillissement, ou projet de loi Autonomie. A l'occasion de cette manifestation, l'AFA a présenté les résultats d'une enquête nationale à destination des aidants.

Un profil très typé

Réalisée de juin à octobre 2013 auprès d'un échantillon de 1.061 aidants, cette étude avait pour objectifs "d'identifier la vision des aidants sur leur rôle vis-à-vis de leurs proches et la perception du regard que la société porte sur eux". Elle visait également à "mieux comprendre quelles peuvent être les attentes et les messages que les aidants souhaitent faire passer auprès des pouvoirs publics et de la société en général".
Les résultats commencent par confirmer le profil des aidants naturels : il s'agit essentiellement de femmes (77%), d'un âge moyen de 58 ans, résidant principalement en Ile-de-France (30%) et dans le grand Sud-Est (22%). Les aidants apportent très majoritairement leur aide à une personne de leur entourage ayant un lien de parenté étroit avec eux. A noter : 41% des aidants disent apporter leur soutien à un parent.
Pour 77% des aidants, le fait d'apporter ainsi un soutien à un proche représente une évidence, sur laquelle ils ne se sont pas vraiment posé de questions. Près des deux tiers d'entre eux (62%) se sentent reconnus et soutenus par leur propre entourage, même si 51% disent souhaiter que l'entourage prenne parfois le relais auprès du proche dépendant et que 31% des aidants souhaitent que leur entourage prenne davantage soin d'eux. Parmi les problèmes mis en avant par les aidants figurent la difficulté à savoir comment va évoluer la situation de la personne aidée (58% de citations), le changement dans la relation avec le proche aidé (43%) et le sentiment d'en faire trop et de n'avoir plus une minute à soi (36%).

Des aspects positifs dans la fonction d'aidant

Cette charge de travail est fortement ressentie, puisque 70% des aidants déclarent avoir très peu ou pas du tout de temps libre. S'ils le pouvaient, ils souhaiteraient en priorité se retrouver seuls et ne rien prévoir (39% de citations), pouvoir sortir (39%), partir en vacances (36%) et voir des amis et passer du temps en famille (33%). Pourtant, 45% d'entre eux disent n'avoir jamais fait appel à l'accueil temporaire. Ceci explique peut-être que 70% des aidants souhaitent être mieux informés, notamment par les "services compétents" (41%).
Malgré ces difficultés, 64% des aidants voient des aspects positifs dans leur travail. Ainsi, 77% disent s'être découvert des ressources insoupçonnées, tandis que 73% se sont découvert des capacités techniques, que 48% ont développé une expertise et que 29% se sentent mieux considérés aux yeux des autres. Autre point positif : les aidants ne sont pas isolés, puisque 90% d'entre eux disent avoir des relations avec des professionnels (soignants, travailleurs sociaux...).
En termes d'attentes, les aidants en situation d'emploi (43% du total) sont 65% à estimer que leur employeur ne prend pas en compte leur situation d'aidant. A 73%, ils estiment pourtant que l'entreprise a un rôle à jouer en la matière, qu'il s'agisse de les informer sur les possibilités de conciliation avec la vie professionnelle (32%) d'aménager les horaires de travail (21%) ou de proposer des actions spécifiques (8%).
Enfin, 77% des aidants souhaiteraient davantage de reconnaissance par la société. Parmi les attentes répondant à cette reconnaissance, ils citent en priorité le fait de bénéficier d'une reconnaissance officielle (56% de citations), un bon accompagnement de leur proche dépendant (42%), une meilleure visibilité dans la sphère publique (38%) et une meilleure information (30%).


Pour aller plus loin

Lire aussi