Emploi - Le plan de formation aux emplois non pourvus concernera bien 100 000 chômeurs


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

A l'occasion d'un déplacement à Dunkerque, le 23 juillet 2013, François Hollande a confirmé que le nombre de formations prioritaires pour l'emploi s'élèvera bien au total à 100.000 en 2014. C'est ce qu'il avait laissé entendre lors d'une émission sur M6 en juin dernier. Mais le plan d'urgence pour la formation des chômeurs, lancé dans le cadre de la dernière conférence sociale des 20 et 21 juin et doté de 185 millions d'euros (hors financements des régions), ne concernait jusqu'ici que 30.000 formations pour l'année 2013. 70.000 autres s'y ajouteront donc l'année prochaine. Le président souhaite attaquer de front le problème des emplois non pourvus. "C'est devenu la tarte à la crème, mais la crème a un peu tourné depuis le temps qu'on entend ce constat", a-t-il déclaré. Le gouvernement chiffre entre 200.000 et 300.000 le nombre d'emplois non pourvus faute d'adéquation entre l'offre et la demande. Le nombre exact est toutefois mal connu, une partie correspondant à des offres supprimées par les employeurs après que le besoin a finalement disparu. D'après Pôle emploi, le nombre d'offres retirées faute de candidats en 2012 s'élève plutôt à 116.300, soit 4% des offres totales recensées. Le Medef quant à lui estime que 300.000 recrutements échouent chaque année pour ces raisons.
D'après le président de la République, "il ne s'agit pas simplement de faire diminuer le nombre de demandeurs d'emploi", mais de "regarder quels vont être les emplois à 10 ans", l'enjeu étant de "construire un appareil de formation pour former aux métiers de demain".
Concernant les emplois d'avenir, l'un des autres leviers pour inverser la courbe du chômage, le gouvernement en comptabilise à l'heure actuelle 40.000 dont 7.000 dans l'enseignement. Il attend une nouvelle accélération à la rentrée, après l'arrêt traditionnel des embauches au mois d'août, et reste confiant sur l'objectif des 100.000 d'ici la fin de l'année… Pour les contrats de génération, le chef de l'Etat s'est montré plus prudent. "Nous avons bon espoir d'atteindre là aussi l'objectif, même si ce sera plus long", a-t-il indiqué, l'objectif étant d'atteindre 500.000 contrats de génération d'ici à 2017. Le gouvernement a prévu la signature de 75.000 contrats d'ici mars 2014.

 

Lire aussi