Cinéma - Conventions CNC-collectivités : 113 millions d'euros en 2012


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

La politique conventionnelle entre Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) et les collectivités "vise à faire du secteur du cinéma et de l'audiovisuel un pôle de développement culturel et économique local, à travers la coopération entre les collectivités territoriales et l'Etat", souligne le bilan 2012 du CNC.

Rôle central des conventions pluriannuelles

Le principal instrument de cette coopération est constitué par les conventions pluriannuelles de développement cinématographique et audiovisuel, conclues avec les régions et les directions régionales des affaires culturelles (Drac). Elles se déclinent chaque année sous la forme de conventions d'application financière retraçant les engagements des signataires et éventuellement d'autres collectivités, comme des départements ou des intercommunalités.
Ces conventions pluriannuelles comprennent trois grandes parties. La première est consacrée à l'écriture, au développement, à la production cinématographique et audiovisuelle, ainsi qu'à l'accueil de tournages. Les aides de la collectivité en ce domaine (accordées après avis de commissions spécialisées) sont abondées par le CNC au titre du fonds de soutien.
La seconde partie de la convention couvre la diffusion culturelle et l'éducation artistique, à travers des opérations comme "Lycéens au cinéma" et "Passeurs d'images", mais aussi le soutien aux pôles régionaux d'éducation artistique. Les actions relevant de cette seconde partie sont financées par les collectivités, par les Drac et, pour une trentaine de festivals d'intérêt national ou international, par des crédits du CNC issus du fonds de soutien.
Enfin, la dernière partie de la convention est consacrée à l'exploitation cinématographique. Elle englobe notamment les interventions en faveur des salles de cinéma et les aides à la numérisation des salles, dans lesquelles les collectivités se sont beaucoup investies.

Un mécanisme bien rodé

Le mécanisme est désormais bien installé, les conventions triennales 2011-2013 constituant la troisième génération du genre. L'apport financier de ces conventions est très loin d'être négligeable. Le total des engagements retracés dans les conventions d'application financière pour 2012 atteint en effet un montant de 112,8 millions d'euros. Si les aides à la production cinématographique ont marqué le pas en 2012 (voir notre article ci-contre du 2 avril 2013), l'ensemble reste en hausse de 3,5% par rapport à 2011. L'essentiel de cette somme (85,45 millions d'euros, soit 75,8% de l'ensemble) est apporté par les collectivités.
En termes sectoriels, les principales enveloppes vont à l'éducation artistique et à la diffusion (36,81 millions d'euros dont 24,83 millions pour les collectivités), à l'aide à la production de longs métrages cinématographiques (26,94 millions d'euros, dont 20,90 millions pour les collectivités), à l'aide à la production audiovisuelle (21,70 millions d'euros, dont 14,83 pour les collectivités) et à l'aide aux salles de cinéma (12,80 millions d'euros, intégralement apportés par les collectivités). Souvent mise en avant, l'aide à l'accueil des tournages ne représente que 3,85 millions d'euros (dont 3,84 millions financés par les collectivités).

40 collectivités sous convention

Enfin, le bilan du CNC rappelle qu'au 31 décembre 2012, 40 collectivités territoriales étaient couvertes par une convention : les 26 régions, 12 départements (Alpes-Maritimes, Charente, Charente-Maritime, Côtes-d'Armor, Deux-Sèvres, Dordogne, Finistère, Haute-Savoie, Landes, Pyrénées-Atlantiques, Vienne et Seine-Saint-Denis), ainsi que la communauté urbaine de Strasbourg et la ville de Paris.
Ce paysage idyllique connaît toutefois quelques craquements. A la fin de 2012, une région - la Franche-Comté - a en effet, pour la première fois, annoncé qu'elle suspendait ses aides à la production cinématographique, mais pas ses autres engagements en faveur du septième art (voir notre article ci-contre du 4 janvier 2013).

Jean-Noël Escudié / PCA

Festival de Cannes : quand les régions montent les marches
Plusieurs films présentés au dernier festival de Cannes ont bénéficié du soutien d'une ou plusieurs régions (en plus du soutien du CNC, dans le cadre de l'opération "Un euro du CNC pour deux euros de la collectivité") :
Quatre films dans la compétition officielle :
- "Michael Kohlhaas" d'Arnaud Despallières (soutenu par Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon) ;
- "Le Passé" d'Asghar Farhadi (soutenu par l'Ile-de-France) ;
- "La Vie d’Adèle" d'Abdellatif Kechiche (soutenu par le Nord-Pas-de-Calais) ;
- "Jeune et jolie" de François Ozon (soutenu par l'Ile-de-France).
Un film hors compétition :
- "Le Dernier des injustes" (soutenu par l'Ile-de-France).
Un court-métrage sélectionné à la compétition officielle :
- "Ophelia" d'Annarita Zembrano (soutenu par les Landes).
Quatre Films sélectionnés à Un certain regard :
- "Les salauds" de Claire Denis (soutenu par l'Ile-de-France) ;
- "L'inconnu du lac" d'Alain Guiraudie (soutenu par Paca) ;
- "Grand Central" de Rébecca Zlotowski (soutenu par Rhône-Alpes et Paca) ;
- "L'Image manquante" de Rithy Panh (soutenu par l'Ile-de-France).
Six films sélectionnés à la Quinzaine des réalisateurs :
- "Les Apaches" de Thierry de Peretti (soutenu par la région Corse) ;
- "L'Escale" de Kaveh Bakhtiari (soutenu par l'Ile-de-France) ;
- "Henri" de Yolande Moreau (soutenu par le Nord-Pas-de-Calais) ;
- "La Fille du 14 Juillet" d’Antonin Peretjako (soutenu par Midi-Pyrénées) ;
- "Un voyageur" de Marcel Ophuls (soutenu par l'Aquitaine, la Basse-Normandie, Languedoc-Roussillon et les Pyrénées-Atlantiques) ;
- "Le Quepa sur la vilni" de Yann Le Quellec (soutenu par Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon).
Quatre films sélectionnés à la Semaine de la critique :
- "Océan" d'Emmanuel Laborie (soutenu par l'Aquitaine, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques) ;
- "Nos héros sont morts ce soir" de David Perrault (soutenu par l'Aquitaine et le Centre) ;
- "Suzanne" de Katell Quillévéré (soutenu par le Languedoc-Roussillon) ;
- "Les Rencontres d'après minuit" de Yann Gonzalez (soutenu par les Pays de la Loire).
Deux films sélectionnés à l'Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (Acid) :
- "Deux automnes, trois hivers" de Sébastien Betbeder (soutenu par l'Aquitaine) ;
- "Ô Heureux Jours" de Dominique Cabrera (soutenu par le Languedoc-Roussillon).

 


Pour aller plus loin

Lire aussi