Création d'entreprises / ESS - 29.033 emplois financés en 2012 par France Active, et de nouveaux bénéficiaires en vue


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

France Active a présenté le 25 avril son bilan pour l'année 2012. Le réseau a permis de créer ou maintenir 29.033 emplois et a accompagné 6.172 projets. En 2013, France Active espère accroître son activité de 10% et attend beaucoup de la future loi sur l'économie sociale et solidaire, ainsi que de la Banque publique d'investissement.

En 2012, France Active a permis de créer ou de maintenir 29.033 emplois. C'est ce qu'a annoncé le réseau le 25 avril 2013, lors d'une conférence sur son activité. Le réseau, qui accompagne les demandeurs d'emploi dans leur projet de création d'entreprises et parallèlement, finance les entreprises solidaires, a financé 6.172 projets et mobilisé 218 millions d'euros. Son expansion se poursuit donc, surtout pour l'accompagnement des entreprises solidaires. Le réseau en a accompagné 1.038, soit 15% de plus qu'en 2011. Pour les TPE, le chiffre est stable, autour de 5.000 entreprises accompagnées.
Les résultats en matière d'impact social sont plutôt bons. Mesurés auprès de 540 entreprises, ils font apparaître que les TPE accompagnées ont un taux de pérennité après trois ans de 78%, soit au-dessus de la moyenne nationale qui se situe à 66%. 83% des créateurs accompagnés par France Active étaient des demandeurs d'emploi, contre 33% dans l'échantillon national. Par ailleurs, 63% des entreprises solidaires accompagnées dégagent des bénéfices dans les trois années qui ont suivi leur financement.
Au cœur de ces bons résultats, deux facteurs principaux : le système de fonds de garantie et l'accompagnement. Des fonds de garantie locaux ont ainsi été créés par France Active avec les collectivités locales et d'autres partenaires. Ils garantissent auprès des banques les prêts des entreprises accompagnées. Un effet de levier important est créé : pour un euro de dotation du fonds de garantie par l'Etat, les collectivités y ajoutent un euro, et au final 20 euros sont mobilisés par les banques. "Il s'agit de l'un des systèmes les moins coûteux pour les deniers publics", a assuré Christian Sautter, président du réseau. L'accompagnement est aussi un facteur de succès du dispositif. "C'est un élément de sécurisation des projets, a expliqué Anne Florette, directrice générale de France Active. A l'inverse des aides 'guichet', sans accompagnement, où il y a beaucoup plus de casse."

Une croissance de 10% pour 2013

Pour 2013, France Active espère encore augmenter son activité de 10%, voire encore plus d'ici 2015 pour atteindre 50.000 emplois créés ou maintenus. Trois nouveaux champs vont être explorés : des dispositifs pour les femmes, les jeunes avec Cap'Jeunes (un accompagnement et une prime au démarrage de 2.000 euros) et un dispositif orienté vers les personnes qui souhaitent se lancer dans l'agriculture et particulièrement l'agriculture biologique. Pour ces derniers, une expérimentation a lieu dans plusieurs régions (Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Corse). Des garanties particulières, notamment plus longues, sont mises en place pour s'adapter aux spécificités de l'agriculture (une rentabilité plus longue). D'autres régions sont intéressées par le dispositif.
"Il y a un gros potentiel", a affirmé Christian Sautter, par rapport au développement qu'il peut y avoir dans ce secteur. Et la future loi sur l'économie sociale et solidaire qui doit intervenir au premier semestre 2013 pourrait permettre de donner une légitimité juridique au secteur. "J'espère que l'ESS aura pignon sur rue alors qu'elle est un peu clandestine", a-t-il précisé. Actuellement, cette économie représente 10% du PIB. C'est donc "une économie qui pèse", comme l'a souligné Anne Florette, "mais ce n'est pas palpable car c'est touffu et divers." La loi pourrait accélérer la dynamique. Et la mise en place de la banque publique d'investissement (BPI), qui réserve 500 millions d'euros à l'ESS et compte s'appuyer sur des réseaux comme France Active, pourrait aussi donner un coup d'accélérateur au secteur.

Lire aussi