Transports - La Picardie va remettre à plat la répartition du service ferroviaire avec l'Etat


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

La Picardie va devenir en 2013 la première région à remettre à plat la répartition du service ferroviaire entre l'Etat et la collectivité depuis le transfert de compétences engagé il y a dix ans, a indiqué le 19 novembre à l'AFP Denis Harlé. Le directeur général des services de Picardie a ainsi confirmé une information publiée le même jour par le site spécialisé dans les transports publics MobiliCités. L'idée est d'"aboutir à une nouvelle répartition des missions" entre la partie gérée par la région - les TER - et celle gérée par l'Etat - les trains d'équilibre du territoire (TET), plus connus sous les noms des trains Corail ou Intercités. "L'Etat, dans ce schéma-là, ne souhaiterait garder que quelques liaisons rapides", a ajouté Denis Harlé, telle la liaison entre la Côte d'Opale et Paris, qui traverse la Picardie, comme l'avait expliqué le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, en visite à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) il y a une semaine. "Ce travail est expérimental parce qu'il n'a été mené dans aucune autre région, dans lesquelles on reste sur la répartition d'il y a une dizaine d'années", a précisé Denis Harlé.
La répartition entre les Intercités, pour des distances assez longues, et les TER, pour des liaisons domicile-travail, "ne correspond plus à l'usage qui en est fait, notamment en Picardie, où les liaisons domicile-travail vers l'Ile-de-France se sont beaucoup développées", d'où une révision "impérative"  de l'organisation, "compte tenu de l'évolution des modes de déplacement".
Ces bouleversements auront des conséquences techniques et financières. Les matériels utilisés ne sont pas les mêmes selon les lignes. "Il doit y avoir une remise à plat du mode de financement, sur l'exploitation mais aussi sur l'investissement, notamment en acquisition de matériel", a souligné Denis Harlé. "Dans cette expérimentation, il y a aussi la déclinaison d'un nouveau modèle économique qui permet de pérenniser le service ferroviaire tel que défini [...]. Ce qu'on pourra proposer pourra valoir de modèle, c'est l'idée, à l'ensemble des régions, tout comme les propositions sur l'organisation entre l'Etat et la région", a-t-il indiqué.
Le travail de réflexion doit se répartir sur les neuf premiers mois de 2013, pour arriver à un accord sur un mode d'exploitation et de financement avant fin 2013, selon Denis Harlé. 

Lire aussi