Environnement - Un parc naturel marin en Méditerranée


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Après l'Iroise (premier parc naturel marin créé en 2007) et Mayotte en 2010, la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a officialisé ce jeudi 13 octobre 2011, à Port-Vendres (Languedoc-Roussillon), la création du parc naturel marin du golfe du Lion. Un décret du 11 octobre 2011 en précise les orientations de gestion, résultant de la concertation menée localement pendant plus de quatre ans avec les acteurs locaux, ainsi que la composition du conseil de gestion (qui comprend des représentants de l'Etat, des collectivités territoriales, des professionnels de la pêche et du tourisme, des usagers, et des associations environnementales). Créé à l'est des départements des Pyrénées-Orientales et de l'Aude, ce troisième parc naturel marin, qui a fait l'objet d'une enquête publique en 2010, couvre 4.019 km² d'espace marin pour environ 100 km de linéaire côtier du cap Leucate au cap Cerbère. Le parc abrite des paysages sous-marins et une biodiversité remarquables, à savoir plus de 1.200 espèces animales (corail rouge, mérou brun, grand dauphin, sar etc.) et environ 500 espèces végétales. Sa création repose notamment sur trois objectifs principaux : faire du parc naturel marin une zone de référence pour la connaissance du milieu marin, le protéger, tout en soutenant un développement durable des activités économiques maritimes telles que la pêche professionnelle, le tourisme nautique et les organismes de gestion portuaire. Toutefois, si les professionnels du tourisme, les scientifiques et les communes du littoral semblent satisfaites au terme de cette longue gestation, les pêcheurs demeurent quant à eux plus réservés, estimant qu'ils ont été mis devant "le fait accompli".
Cinq autres parcs naturels marins sont actuellement à l'étude : le golfe normand-breton, le bassin d'Arcachon, les Glorieuses, les 3 estuaires picards et l'estuaire de la Gironde et les Pertuis charentais. Pour l'heure, plus de 10% des espaces maritimes métropolitains sont déjà protégés.
 


Pour aller plus loin

Lire aussi