Sécurité - Des mesures incitatives pour constituer la "garde nationale"

François Hollande l'avait annoncée devant le Parlement réuni en congrès au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, avant d'en relancer l'idée après les attentats de Nice cet été : la "garde nationale" pourra bientôt voir le jour. Les ministres de la Défense et de l'Intérieur ont présenté en conseil des ministres le 12 octobre le projet de décret qui permettra de constituer cette garde de 85.000 réservistes afin de "concourir, le cas échéant par la force des armes, à la défense de la patrie et à la sécurité de la population et du territoire". L'objectif sera de déployer 9.250 personnes chaque jour au sein des deux ministères d'ici à 2018. La garde intégrera les quelques 63.000 réservistes qui existent déjà au sein de l'armée, de la gendarmerie et de la police.
Afin d'attirer de nouvelles recrues, notamment des jeunes, le projet de décret instaure une série de mesures incitatives. Une participation au financement du permis de conduire à hauteur de 1.000 euros sera versée à tout jeune qui s'engage avant l'âge de 25 ans, à condition d'avoir totalisé 50 jours dans la garde et d'être au moins à deux années de la fin de son contrat de réserviste. Une allocation mensuelle de 100 euros sera reversée à tout étudiant réserviste de moins de 25 ans qui s'engage pour cinq ans avec 37 jours effectifs chaque année. Tout réserviste qui décide de renouveler son engagement pour une durée de 3 à 5 ans et ayant totalisé au moins 37 jours de garde par an aura droit à une prime de fidélité de 250 euros. Les entreprises favorisant la mobilisation de leurs salariés bénéficieront, elles, d'une réduction d'impôts à hauteur de 60% des charges salariales. Enfin, des "passerelles institutionnelles" permettront de se diriger vers les métiers de la sécurité privée, après validation des compétences. A noter également le lancement du site www.garde-nationale.fr pour s'informer.
Le projet de décret vient préciser le fonctionnement des instances de gouvernance rattachées à cette garde : comité directeur, comité de pilotage, conseil consultatif, secrétariat général… La garde sera ainsi placée sous l'autorité conjointe des ministres de l'Intérieur et de la Défense. Elle pourra notamment venir en soutien d'opérations surveillance de type Sentinelle pour laquelle les militaires ont été fortement mobilisés ces dernières années.
Pour assurer le financement du dispositif, un abondement de 100 millions d'euros devrait s'ajouter aux 211 millions d'euros déjà programmés dans le projet de loi de finances pour 2017 au sujet des réserves opérationnelles. Les réservistes disposeront ainsi de leurs propres véhicules et équipements.

Lire aussi