Culture / Santé - Marisol Touraine confirme des mesures sur le niveau sonore des salles de concert


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Comme Localtis le laissait entendre il y a quelques semaines (voir notre article ci-contre du 20 octobre 2014), le gouvernement va introduire des dispositions sur la limitation du niveau sonore dans les salles de concert. Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, a en effet réagi au lendemain de la publication d'un sondage Ipsos réalisé à l'occasion de la prochaine Semaine du son, qui se déroulera du 19 au 25 janvier à Paris et jusqu'au 8 février partout en France.

Les trois quarts des 15-30 ans ont déjà ressenti des troubles acoustiques

Cette étude montre notamment que plus des trois quarts des jeunes de 15 à 30 ans ont déjà ressenti des troubles auditifs comme des acouphènes (bourdonnements ou sifflements dans les oreilles). Malgré une parfaite conscience des risques encourus - 98% d'entre eux disent connaître les risques d'une exposition prolongée à un niveau sonore excessif - , ils n'entendent pas pour autant réduire le son.
Face à cet enjeu de santé publique, Marisol Touraine a confirmé, le 6 janvier, qu'elle travaillait à deux dispositions. La première consiste à réduire le niveau sonore produit par les casques audios et les écouteurs, utilisés par 89% de 15-30 ans. La ministre de la Santé s'est dite prête à "voir si on peut faire en sorte que quelqu'un qui a un casque toute la journée puisse ne pas être exposé à des sons trop élevés en permanence".
La seconde mesure envisagée concerne les salles de concert. Tout en précisant qu'"il ne s'agit pas d'interdire d'écouter de la musique", Marisol Touraine a confirmé qu'une réflexion est en cours pour "encadrer les sons qui sont émis dans certaines salles fermées, par exemple à l'occasion de concerts". Ces deux dispositions pourraient être introduites par amendement dans le projet de loi sur la santé, qui devrait être examiné au Parlement en avril. Elles seront complétées par des mesures d'information et de prévention.

Vers une limitation à 100 décibels sur quinze minutes

La ministre n'a pas donné de détails sur le contenu précis de ces dispositions. Mais le ministère travaille sur un texte qui ramènerait de 105 à 100 dB (décibels) mesurés sur quinze minutes le niveau sonore moyen maximal autorisé lors des concerts de musiques amplifiées. La réduction peut paraître minime, mais il faut savoir que la puissance sonore double tous les trois dB. Cette limitation s'inspire très directement des recommandations du Haut Conseil de la santé publique (HCSP), en date de septembre 2013, sur "les niveaux acceptables d'expositions aux niveaux sonores élevés de la musique".
Le texte pourrait également reprendre d'autres préconisations du HCSP : l'affichage en continu dans les salles des niveaux sonores mesurés en dBA sur quinze minutes (associé à l'affichage d'une information sur les niveaux sonores et durées d'écoute sans risque), la fourniture gratuite de protection auditive et l'offre d'une zone de récupération auditive avec un niveau sonore inférieur à 85 dBA, un avertissement pour les femmes enceintes sur les risques de transmission des basses et moyennes fréquences à l'enfant à naître (plus particulièrement fragile au cours des trois derniers mois de grossesse)...
Le milieu des musiques amplifiées et les responsables de salles de concerts sont de plus en plus conscients de la nécessité de réduire l'exposition des spectateurs - mais aussi des professionnels - aux risques acoustiques. Les actions de l'association Agi-Son - Agir pour une bonne gestion sonore - ont largement contribué à cette prise de conscience. Mais le milieu de la musique s'inquiète néanmoins des possibles conséquences de mesures trop restrictives. Il redoute en particulier que les petites salles n'aient pas les moyens financiers de faire face aux travaux et aux équipements nécessaires. Sans parler des problèmes juridico-artistiques qui pourraient se poser avec les artistes et leurs équipes techniques venant de pays où il n'existe pas de limitation sonore.


Pour aller plus loin

Lire aussi