Education - Un protocole signé en Hautes-Pyrénées prévoit de diminuer le nombre d'écoles en échange d'un maintien des postes d'enseignants pendant 3 ans

Un "protocole pour un schéma pluriannuel d'évolution de la carte scolaire dans le département" des Hautes-Pyrénées a été signé, le 24 octobre, par le rectorat de Toulouse, la Dsden (directrice des services départementaux de l'Education nationale), la préfecture, l'association départementale des maires, les sénateurs et députés du département et le conseil général. D'un côté, le rectorat de Toulouse accepte de maintenir le nombre de postes d'enseignants du premier degré pour les trois prochaines années, quelle que soit la démographie scolaire du département. De l'autre, les élus réfléchissent à une autre organisation de manière à augmenter le nombre des regroupements d'écoles (RPI).

Critères d'évolution de la carte scolaire

"C'est une démarche gagnant-gagnant", selon Hervé Cosnard, Dasen des Hautes-Pyrénées. Dans un département qui, en sept ans, a perdu 300 élèves dans le premier degré et 77 postes d'enseignants. Aujourd'hui, il compte 278 écoles et 72 % d'entre elles ont moins de trois classes. A la rentrée 2014, 17.035 élèves sont scolarisés dans le premier degré. Le département a "perdu" neuf élèves ; quatre emplois ont été supprimés.
Pour regarder les premières hypothèses d'évolution de la carte scolaire, le Dasen va combiner les seuils d'ouverture et de fermeture de classe avec des critères "plus fins", tels que l'appartenance de l'école a une zone de moyenne montagne, une ZRR (zone de revitalisation rurale), à l'éducation prioritaire, l'isolement de la commune et son accessibilité en transport scolaire, notamment en période hivernale, la dynamique territoriale, la présence d'intercommunalité, la vétusté des locaux, la taille des classes, la présence d'infrastructures d'accueil de la petite enfance, etc. Hervé Cosnard a demandé aux inspecteurs de l'Education nationale (IEN) "de prioriser, année par année, les territoires sur lesquels il est possible de travailler". Des propositions seront ensuite formulées au comité de pilotage composé des instances signataires du protocole, des organisations syndicales et des parents d'élèves.

"Une démarche qualitative de redéploiements des postes"

Mais attention, prévient Hervé Cosnard, un maintien de la dotation "ne veut pas dire que je ne fermerai aucune classe". Des ouvertures et des fermetures de classe seront ainsi envisagées chaque année. Les postes seront redéployés pour améliorer les remplacements et la prise en compte des besoins des élèves handicapés, l'accueil des enfants de moins de 3 ans, des dispositifs "plus de maîtres que de classes", la liaison école/collège, par exemple. "Nous voulons troquer la démarche d'organisation et d'optimisation des moyens contre une démarche qualitative de redéploiements des postes", poursuit le Dasen des Hautes-Pyrénées.
La création de réseaux pédagogiques, le travail sur la qualité des projets scolaires et périscolaires, le développement du numérique éducatif, la formation initiale et continue des maîtres et l'efficience du remplacement constituent des éléments essentiels de cette démarche, indique le protocole signé le 24 octobre 2014.

Un accord en préparation dans le Gers, des tensions dans le Lot

Cette démarche engagée par la rectrice dans l'ensemble de l'académie devrait aboutir à la signature d'un accord similaire dans le Gers. Mais avant d'entamer les discussions sur un protocole similaire dans son département, Philippe Martin, président (PS) du conseil général du Gers, demandait, au préalable, de récupérer les trois postes enseignants supprimés à la rentrée 2014. Lors de sa récente visite au collège de Vic-Fezensac, le 14 novembre 2014, Najat Vallaud-Belkacem s'est engagée à accéder à cette requête. Cette contractualisation "est une façon pour l'Etat et les élus locaux de travailler main dans la main et de préparer ensemble la suite pour trois ans", affirmait la ministre de l'Education nationale. Elle estime que trois ans est "une bonne durée pour voir venir les choses et rassurer les parents".
Dans le Lot, les discussions sont plus tendues. Des élus locaux, des syndicats enseignants et des parents d'élèves se sont mobilisés contre "la réforme du maillage scolaire". Samedi 15 novembre 2014, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Cahors, lors d'une manifestation organisée par le Collectif citoyen de sauvegarde des écoles de villages (CCSEV). Une pétition, toujours en cours, rassemble, à ce jour, 3.500 signatures. Le Lot est le département français ayant le plus grand nombre d'écoles de moins de deux classes (62% des 222 écoles maternelles et primaires).

Lire aussi