Développement local - L'Ille-et-Vilaine devient le premier département à se doter d'une monnaie locale


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

En lançant sa monnaie, le "galléco", le département d'Ille-et-Vilaine espère bientôt pouvoir verser une partie des allocations sociales sous cette forme.

"Une monnaie complémentaire à l'euro qui permet de procéder à des échanges locaux de biens et de services, respectueux des hommes et de l'environnement." Son nom : le "galléco". C'est la nouvelle monnaie solidaire créée par le conseil général d'Ille-et-Vilaine.
Si les monnaies locales sont présentes dans le paysage des collectivités depuis quelques années (voir ci-contre notre article du 4 décembre 2009), le département devient le premier à franchir le pas. Certes, le Vaucluse et l'Ardèche possèdent déjà leur monnaie (la roue et la luciole), mais les projets sont portés par une association, non par le conseil général.
Le galléco a été lancé officiellement le 21 mars à l'issue d'un an de travaux qui se sont achevés le mois dernier par la prospection des entreprises du pays de Redon, du canton de Rennes centre et de Fougères, les trois sites pilotes où la monnaie va entrer en circulation courant mai avant d'être étendue à l'ensemble du département en 2014.
Concrètement, un habitant adhérent à l'association Galléco pourra échanger des euros contre un montant équivalent en gallécos aux guichets des banques partenaires (Crédit Agricole, le Crédit Coopératif, le Crédit Mutuel de Bretagne et la Caisse d'Epargne).
Le galléco sera accepté "dans des commerces de proximité (épiceries, artisans, producteurs locaux), des associations (culturelles, sportives, de covoiturage, d'auto-partage...), des équipements publics (médiathèques, piscines, musées…) qui seront référencés pour leurs pratiques sociales et environnementales", précise le conseil général. Le commerçant ou l'association pourra à son tour les dépenser chez ses fournisseurs.
Le département entend ainsi "promouvoir une autre manière d'échanger et de consommer". "Plutôt que de se battre contre la mondialisation, il s'agit de mettre en place un outil incitatif à la consommation locale", a déclaré à la presse le président PS du conseil général, Jean-Louis Tourenne, le 22 mars. "Au lieu d'acheter des produits chinois, le consommateur pourra se servir chez des fournisseurs locaux agréés", a-t-il insisté.
Grande nouveauté : le département pourrait verser une partie des allocations sociales sous forme de gallécos afin de favoriser l'intégration des allocataires dans le tissu économique local. Ce qui, d'une certaine manière, se fait déjà avec la distribution de carnets de chèques emploi service universels (Cesu)...
La première monnaie locale complémentaire en France a vu le jour à Villeneuve-sur-Lot en 2009, avec les abeilles, sur le modèle du chiemgauer né en 2003 en Bavière. Aujourd'hui, 17 monnaies locales sont en circulation avec des noms toujours plus imagés : le héol au pays de Brest, la sardine à Concarneau-Quimper, le miel dans le Libournais, la commune à Roenne, le cigalonde à La Londe les Maures, l'eusko au Pays basque, le Sol-Violette à Toulouse…
Une vingtaine de projets sont en cours, notamment à Bordeaux, Lannemezan, Narbonne, Le Havre, Montreuil et Nantes.
 


Pour aller plus loin

Lire aussi