Une mission sur le patrimoine d'outre-mer... et le champ libre pour le MuCEM


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Le ministre de la Culture a annoncé la mise en place d'une mission permanente "destinée à valoriser les richesses culturelles de l'outre-mer". Selon Frédéric Mitterrand, cette mission doit permettre au ministère de se "donner les moyens de définir le cadre d'une nouvelle politique culturelle, ambitieuse, en faveur de l'outre-mer". Confiée à Michel Colardelle, actuel directeur du futur Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille, elle sera menée en étroite liaison avec le secrétariat d'Etat à l'Outre-mer. Dans un premier temps, la mission devra définir les grandes lignes de la nouvelle politique et les mesures nécessaires à sa mise en oeuvre. Elle s'appuiera pour cela "sur une analyse précise des forces et des faiblesses des actions actuellement menées et sur un constat des aspirations des populations concernées". Un rapport d'étape devrait être rendu avant la fin du mois de janvier 2010. Cette mission s'inscrit naturellement dans le cadre des Etats généraux de l'Outre-mer, dont l'un des thèmes porte précisément sur "Mémoire, culture et identité". Elle est aussi pleinement légitime dans la mesure où, jusqu'à présent, l'outre-mer reste trop souvent le parent pauvre des politiques culturelles.
Mais le lancement de cette mission a également un autre objectif : permettre d'accélérer enfin le chantier du futur MuCEM. Outre diverses péripéties autour du projet architectural et du financement - estimé aujourd'hui à 175 millions d'euros (60% pour l'Etat et 40% pour les collectivités) -, le dossier du MuCEM était en effet lourdement handicapé par un grave conflit entre Michel Colardelle, qui porte le projet depuis l'origine et bénéficie du soutien des collectivités territoriales, et le ministère de la Culture, soupçonné d'abriter un "lobby anti-MuCEM" (voir notre article ci-contre du 6 juillet 2009). La nomination, le 19 mai dernier, de Bruno Suzzarelli - inspecteur général de l'administration des affaires culturelles et ancien directeur de l'administration générale du ministère - à la tête d'une mission de préfiguration du MuCEM avait notamment créé une situation inextricable avec la direction du MuCEM. Une telle paralysie faisait pour le moins désordre alors qu'approche à grands pas l'échéance de "Marseille 2013, capitale européenne de la culture". Le MuCEM étant l'un des dossiers-phares de cet événement, un échec était inenvisageable. La nomination de Michel Colardelle à la tête de la mission de valorisation des richesses culturelles de l'outre-mer est donc aussi un moyen de "l'exfiltrer" du MuCEM et de donner au projet le coup d'accélérateur indispensable. Bruno Suzzarelli - qui devient de fait le "patron" du projet - ne cache d'ailleurs pas que "c'est une mission pas impossible, mais extrêmement compliquée" et que tout se jouera sur l'année 2010. La partie est d'autant moins gagnée que rôde toujours le projet - cher à Claude Guéant - de faire du MuCEM le musée de l'Union de la Méditerranée (voir notre article ci-contre du 10 décembre 2008).

 

Jean-Noël Escudié / PCA

 


Pour aller plus loin

Lire aussi