TNT : Un vade-mecum pour aider les élus des zones blanches à choisir une solution


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Après la publication du décret du 29 juin mettant en place le soutien financier de l'Etat aux collectivités finançant un réémetteur de télévision numérique terrestre (TNT) (voir notre article ci-contre du 30 juin 2010) et celle du décret du 18 juin instaurant les commissions départementales de transition vers la TNT (voir notre article ci-contre du 22 juin 2010), la direction générale des Médias et des Industries culturelles (DGMIC) a mis en ligne un vade-mecum à destination des élus. Prudemment intitulé "Les modalités de réception de la télévision numérique dans les zones qui pourraient ne pas être couvertes par la TNT", ce guide s'adresse plus particulièrement aux collectivités concernées par les zones d'ombre ou les perturbations dans la diffusion de la TNT. Son objectif est "de faciliter la réalisation par les collectivités territoriales qui le souhaiteraient d'une estimation comparative des coûts des différents modes disponibles de réception de la télévision numérique". Bien que le guide ait été réalisé à la fin 2009, sa diffusion officielle était tributaire de la mise en place du mécanisme d'aide financière de l'Etat, instauré par le décret du 29 juin.

A défaut d'une sortie précoce - quatre régions ont déjà basculé dans le tout-TNT -, ce vade-mecum présente l'avantage d'une approche résolument pratique et opérationnelle. Après avoir brièvement rappelé le schéma de basculement de la TNT, il expose les différentes solutions permettant à la population habitant dans les zones blanches d'accéder néanmoins gratuitement aux chaînes en clair de la TNT. Le guide - complété par une annexe qui reprend les notions de base pour comprendre les différentes solutions - passe ainsi successivement en revue le satellite (en réception individuelle ou collective), l'extension de la TNT (participation de la collectivité au déploiement d'un réémetteur sur le territoire de la zone blanche) et les autres pistes (câble et ADSL). La mise en place d'un réémetteur peut se faire soit par le biais d'un télédiffuseur qui propose une prestation complète, soit directement par la collectivité, qui assure alors l'achat de l'équipement et veille à la maintenance du système. Le vade-mecum prend toutefois soin de rappeler que "sans l'agrément du CSA [Conseil supérieur de l'audiovisuel], une collectivité territoriale qui déploierait un réémetteur TNT se mettrait dans l'illégalité". Il se garde également de se prononcer en faveur d'une solution particulière, se contentant de détailler, pour chacune d'entre elles, les modalités techniques et les prestataires potentiels.

Le chapitre suivant procède en revanche à une comparaison des investissements à réaliser selon le contexte local et la solution retenue. Si le guide fournit un grand nombre de prix unitaires et d'évaluations chiffrées, la comparaison n'est pas toujours facile pour autant, compte tenu d'un certain nombre d'incertitudes. Par exemple, dans le cas d'une extension TNT (installation d'un réémetteur) avec un prestataire externe, les montants indiqués vont du simple au double selon que l'on prend les chiffrages actuels sur la base d'une solution "clé en main" ou l'hypothèse d'"une offre développée spécifiquement à l'attention des collectivités territoriales et ne reprenant pas les mêmes prestations que celles proposées aux opérateurs de multiplex". Malgré ces incertitudes, le vade-mecum n'en reste pas moins un outil particulièrement utile pour les collectivités confrontées à des zones blanches, mais aussi à une multiplicité d'offres techniques et commerciales difficiles à décrypter pour des non-professionnels.
 
Jean-Noël Escudié / PCA


Pour aller plus loin

Lire aussi